Article
A Grande-Synthe, la solidarité citoyenne prend le relais de l’inaction de Londres, Paris et Bruxelles
par eelv
9 février 2016 Réfugiés Migrations
Vendredi 29 janvier 2016, Karima DELLI et son collègue flamand Bart STAES se sont rendus à Grande-Synthe pour rencontrer les 2500 à 3000 réfugiés qui ont trouvé refuge dans ce nouveau camp de fortune dans l’attente de leur passage de l’autre côté de la Manche, en Angleterre. L’occasion également de s’entretenir avec les volontaires britanniques, belges et français qui sont venus spontanément apporter un peu d’humanité à ces réfugiés, principalement kurdes, qui ont fuit la guerre en Syrie, en Irak et en Afghanistan. La visite s’est clôturée par une rencontre avec le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, qui projette d’ouvrir dans les prochaines semaines le premier camp d’accueil solidaire en Europe pour héberger temporairement ces réfugiés, pour un instant de répit et d’humanité dans ce long périple vers une vie meilleure.

Vendredi 29 janvier 2016, 15h. Aujourd’hui, jour de chance, il ne pleut pas à Grande-Synthe. Car les 2500 à 3000 réfugiés qui ont aujourd’hui trouvé refuge dans cette petite ville d’à peine 22 000 habitants, proche de Dunkerque, stationnent dans un terrain vague situé en zone inondable. Les jours de pluie, les tentes de fortune apportées tant bien que mal par Médecins sans Frontières (MSF), d’autres ONG ou par de simples volontaires, trempent dans la boue. Les quelques palettes de bois qui ont été autorisées dans le "camp" tracent difficilement un chemin dans ce piètre marécage.

"Ici, c’est pire que Calais !"

C’est la première chose qui frappe Karima DELLI, députée européenne écologiste du Nord : "ici, c’est pire que Calais !" Ce camp de fortune a vu le jour en quelques semaines. A l’été 2015, ils n’étaient "que" quelques 80 réfugiés à camper là en attendant de tenter leur chance pour l’Angleterre. Mais depuis le renforcement des contrôles à Eurotunnel en septembre dernier, ce nombre a été multiplié par 100 atteignant aujourd’hui entre 2500 et 3000 réfugiés. Tous les jours, de nouveaux arrivants découvrent avec effroi les conditions dans lesquelles ils vont devoir attendre plusieurs jours, des semaines, voire des mois, dans le froid et la boue.

Le camp, principalement composé de kurdes ayant fuit la guerre en Syrie, Irak et Afghanistan, ne bénéficie d’aucune aide de l’état français. Seule la police nationale surveille l’entrée, décidant sans logique apparente de ce qui entre et sort du camp. La Préfecture bloque notamment tout ce qui pourrait s’apparenter à des "matériaux de construction"... comme les palettes. Celles-ci sont pourtant la seule chance pour les réfugiés de ne pas dormir dans la boue ! Le dénis de responsabilité de l’état français scandalise et démoralise les volontaires belges et britanniques venus apporter une touche d’humanité dans ce qui ressemble davantage à un bidonville qu’à un camp humanitaire.

La mairie de Grande-Synthe et MSF ont pourtant mis à disposition quelques sanitaires, des tentes, et le strict nécessaire pour pouvoir cuisiner au moins un plat chaud par jour. Le camp, qui abrite entre 200 et 300 enfants dispose également d’un petit chapiteau faisant office d’école. Mais le jour de notre visite, les enfants se blottissent dans les tentes, aucun bénévole n’est disponible pour s’occuper d’eux. Le camp aura également connu plusieurs naissances, dans des conditions qu’on imagine inhumaine. Les femmes enceintes sont emmenées d’urgence dans les hôpitaux du coin pour accoucher, mais sont renvoyées au camp quelques jours plus tard.

Quand la solidarité citoyenne prend le relais de l’inaction de la France et de la Grande-Bretagne

Les milliards d’euros annoncés par l’Union européenne et ses États membres pour "gérer" la crise des réfugiés n’auront donc jamais atteint la Côte d’Opale. A Grande-Synthe comme à Calais, la France et la Grande-Bretagne se rejette mutuellement la responsabilité. L’absurdité du système de Dublin, que les écologistes dénoncent depuis des années, voudrait que ce soit la France qui prenne en charge les demandes d’asile des réfugiés arrivés en France. Mais qui songerait rester dans un pays qui vous accueille les pieds dans la boue !

D’autant que la plupart d’entre-eux ne parlent pas Français, et ont de la famille et des amis qui les attendent en Grande-Bretagne. Désemparés, les réfugiés manquent aussi souvent d’information sur leurs chances de trouver asile des deux côtés de la Manche.

Heureusement, le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, a décidé de construire le "premier refuge de la solidarité européenne". Un nouveau camp, construit à quelques centaines de mètres de là, respectant toutes les normes du Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR), et pouvant accueillir environ 2500 personnes. 500 tentes chauffées pouvant accueillir 5 personnes chacune ont déjà été achetées avec l’aide de MSF.

Car une fois de plus, si l’État français a "gracieusement" accepté que la mairie construise ce nouveau camp, il n’en assumera aucun coût... et surtout aucune responsabilité ! Le maire est prévenu, il sera seul face à la justice si un problème surgit. Il aimerait pourtant que son action encourage les maires de toutes les villes européennes qui se trouvent sur la "route des migrants" à apporter un peu de répit et d’humanité à ces millions de gens qui fuient la guerre et des conditions de vies inhumaines dans leurs pays et aimeraient trouver refuge en Europe. Mais la solidarité a un coût... 2,5 millions d’euros par an que Damien Carême recherche toujours désespérément pour gérer au quotidien ce nouveau refuge.

Crédits photos : Julien Pitinome, collectif Oeil

A leur retour de Grande-Synthe, plusieurs députés écologistes européens ont décidé d’interpeller François Hollande et David Cameron sur leur criante responsabilité dans la situation inhumaine et intolérable à Calais et à Grande-Synthe : MM. Hollande et Cameron, prenez vos responsabilités face à la crise humanitaire

Nous contacter

contact@europeecologie.eu

Parlement européen
Délégation Europe Ecologie au Groupe Verts/ALE
Bureau ASP 4 F 146
47-53, rue Wiertz
B.1047 Bruxelles

Les eurodéputés de la délégation