Catherine Grèze face à Bill Gates : des OGM pour lutter contre la faim en Afrique ?

25 janvier 2012
Le 24 janvier 2012, Bill Gates était au Parlement européen. Face aux eurodéputés de la commission Développement, il a venté les mérites de sa fondation et féliciter l’Europe sur son engagement en matière d’aide au développement. Au nom des écologistes, Catherine Grèze, eurodéputée EELV, l’a interpellé sur les contradictions de son action : son soutien aux OGM et à la firme Monsanto afin de lutter contre le faim va-t-il vraiment dans le sens du développement ? Pas sûr. Question, réponse.
Catherine Grèze : « Nous savons que la Fondation Bill Gates est très impliquée dans le secteur de la santé et de l’agriculture avec la grande ambition d’éradiquer les maladies et la faim. J’ai de nombreuses questions à vous poser concernant les investissements de votre Fondation. J’aurais pu reprendre les interrogations du Los Angeles Times concernant les investissements de votre Fondation dans les compagnies pétrolières comme Total ou dans l’industrie de l’armement, investissements dont je ne suis pas sûre qu’ils aillent toujours dans le sens du développement… Mais puisque je n’ai qu’une minute, je vais me concentrer sur la lutte contre la faim. En tant que partenaire de Monsanto, la fondation Gates introduit des OGM en Afrique. Or, malgré la campagne très agressive de Monsanto, la plupart des pays africains restent réticents aux semences OGM.

Ma question est très précise : est-il vrai qu’un des objectifs du centre de recherche au Kenya, financé par votre Fondation, est d’apporter des changements à la loi existante pour faire accepter les OGM ? Avec leur première « victoire » obtenue au Kenya, autorisant récemment la culture de coton OGM, nous avons la parfaite illustration de la puissance financière pour influencer la décision. Alors même que la plus grande inquiétude pour les agriculteurs des pays en voix de développement est de perdre le contrôle de leurs semences ! »

Réponse de Bill Gates : « Monsanto travaille actuellement à un projet de développement de variétés de maïs résistant à la sécheresse, sans royalties, et vu que tous les dirigeants africains entendent lutter contre la famine et la malnutrition, le moment était peut-être venu de s’ouvrir à de nouvelles solutions. Des semences nettement plus résistantes à la sécheresse permettront de sauver des milliers de vies. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension