Contre l’appropriation du vivant

10 mai 2012
Le Parlement européen vient d’adopter une résolution appelant l’Office européen des brevets et la Commission européenne à respecter la législation européenne interdisant les brevets sur les semences conventionnelles. Réactions des eurodéputés EELV.
José Bové, vice-président de la commission Agriculture et développement rural et membre de la commission Commerce international explique :

« La question du brevet sur le vivant empoisonne l’ensemble de la planète depuis trente ans. C’est en 1986 que l’introduction des brevets sur le vivant a été faite dans les négociations du GATT puis celles de l’OMC. C’est à partir de ce moment là que l’Union européenne a essayé d’imposer les brevets sur le vivant.
Nous sommes résolument opposés à ces brevets, que se soit sur les plantes, les animaux ou les cellules humaines, et c’est l’objet de notre résolution actuelle. »


Pas de Brevet sur le vivant ! par EurodeputesEE

Pour Catherine Grèze, coordinatrice de la commission du Développement en charge du dossier « biopiraterie » dans cette commission :

« Par son vote, le Parlement européen adresse un message déterminant à la Commission européenne et à l’Office Européen des Brevets (OEB), faisant écho aux revendications citoyennes : « nous voulons mettre un terme à l’appropriation du vivant ! ».

La menace de concentration des ressources agro-génétiques mondiales dans les mains de quelques firmes semencières et agrochimiques entraine des conséquences dramatiques pour nos agriculteurs mais aussi, au delà de l’Europe, pour ceux des pays en développement. Alors que 90% du patrimoine biologique mondial est détenu par les pays en développement, 97% des brevets sont détenus par les pays industrialisés. Les peuples autochtones et les plus démunis sont aussi les victimes oubliées des multinationales.

Le Groupe des Verts au PE restera extrêmement vigilant quant aux futures modifications du système des brevets, totalement inadapté, qu’il est indispensable de réformer. »

Partager cet article

2 commentaires

  • Etienne dit:
     - 

    Beau titre et belle réaction.
    J’espère que vous vous en souviendrez aussi lors du futur débat bioéthique pour empêcher les firmes pharmaceutiques de triturer des embryons et pour lutter contre la gestation pour autrui. Le vivant ne peut être l’objet de commerce.
    Mais qui se bat pour le règne végétal se battra certainement pour le règne animal !
    Bon combat !

  • HORVAIS Benoît dit:
     - 

    Sur le site de l’association Kokopelli, l’association dit avoir été désavouée le 12 juillet par le Cour Européenne de Justice face à la Société Baumaux.

    Que pensez vous faire pour aider Kokopelli dans ce combat contre l’appropriation du vivant ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    Durablement.

    Benoît horvais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension