Copenhague : Le Parlement européen définit un nouveau mandat pour l’Europe

25 novembre 2009
A deux semaines de l’ouverture du Sommet de Copenhague sur le climat, le Parlement européen a adopté le 25 novembre 2009, à une écrasante majorité, une résolution sur le sujet dont l’ambition tranche avec les positions dangereusement frileuses du Conseil. Le Parlement européen a adopté le seul mandat de négociation compatible avec la science et la responsabilité de l’Union européenne.
Sandrine Bélier, députée européenne Europe Ecologie, membre de la Commission Environnement déclare : « Dans cette résolution, le Parlement a renforcé l’objectif d’une réduction des émissions européennes de 30% d’ici à 2020 par rapport à 1990. C’est là un signe d’espoir qui ouvre la voie à un objectif plus ambitieux, bien plus conforme aux recommandations des scientifiques que la position des chefs d’Etat européens qui hésitent encore à prendre un objectif de plus de 20%. Si les négociateurs européens suivent la résolution du Parlement, qui rappelle en outre l’importance d’obtenir un accord juridiquement contraignant à Copenhague, éviter un réchauffement climatique de plus de 2°C est encore possible.»

Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie, membre de la Commission Industrie, Recherche et Energie, ajoute: « Les parlementaires demandent aujourd’hui aux chefs d’Etat européens, et en particulier à la France et à l’Allemagne, de mettre un terme à leur jeu de poker menteur sur la question cruciale du soutien financier à apporter aux pays en développement pour les aider à faire face au péril climatique. Ils se sont prononcés en faveur d’un soutien européen immédiat de plusieurs milliards d’euros par an, et augmentant jusqu’à au moins 30 milliards en 2020. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel militent quant à eux pour ne mettre aucun chiffre précis sur la table des négociations avant le Sommet de Copenhague.

« Avec cette résolution », concluent les deux eurodéputés « le Parlement européen assume véritablement ses responsabilités et choisit la cohérence avec la science et avec nos responsabilités, y compris vis-à-vis des pays du Sud. Le message des parlementaires est clair et explicite: le mandat de négociation européen doit évoluer. Il doit permettre à l’Europe d’être à la hauteur de ses responsabilités et y compris d’engager une sortie de crise durable. Etre ambitieux pour le climat, c’est aussi sortir de la crise. Les chefs d’Etat européens doivent maintenant impérativement agir à la hauteur de leur responsabilité et augmenter l’ambition de leurs positions qui, aujourd’hui conduiraient à un réchauffement inacceptable de 4 à 5°C. C’est aussi la condition pour débloquer les négociations à Copenhague. »

Partager cet article

6 commentaires

  • Cohen Lemoine dit:
     - 

    Bravo aux eurodépetués, enfin une perspective plus positive. Continuez, ne lachez rien. Nous sommes tous mobilisés pour vous soutenir.

  • clôdy dit:
     - 

    Citoyenne européenne, je suis toujours intriguée lorsque l’on demande des milliards de subvention pour aider les pays les plus sensibles à la crise climatique. Mais que peut-on faire de ces sommes. Quels investissements peut-on préconiser ? Habitat écologique ? Agriculture Bio ? y-aura un principe de démocratie participative pour impliquer les populations concernées ? J’aimerai bien en savoir plus sur les modalités,sachant qu’ici nous n’arrivons pas encore à faire décoller l’habitat HQE ni les équipements à faible consommation énergétique. Merci de votre réponse

  • phichem dit:
     - 

    Bonjour ;

    Est-ce que c’est cette résolution qui incluait une reconnaissance du nucléaire comme énergie alternative?

  • phichem dit:
     - 

    Oups ! J’ai oublié le lien :
    http://www.votewatch.eu/cx_vote_details.php?id_act=196&lang=en

    Voici le commentaire du Collectif-Urgence-Climat :
    « Ce qui est notable, c’est la réintroduction du nucléaire, qui ne figurait pas dans les précédents textes, à travers le « rôle important » que pourra avoir le nucléaire dans le bouquet énergétique (voir point 26). Ce n’est pas la position qu’a pris le Conseil ni la Commission, par manque de consensus entre les Etats membres, mais il semble que le consensus ait été atteint au Parlement….

    Il est intéressant de noter que les Verts et Europe Ecologie ont voté …. POUR.

    Dans ce groupe parlementaire des Verts, deux députés seulement ont été « rebelles » en votant abstention, un des deux est José Bové.

    Christiane Marty christiane.marty454@orange.fr (d’Attac) »

    Je pense, s’il s’agit bien de la même résolution, qu’une explication serait bienvenue puisque l’arrêt progressif du nucléaire fait partie du programme Europe Ecologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*