Fiscalité et énergie : un Conseil européen pour rien

23 mai 2013
Les dirigeants européens se sont réunis le 22 mai 2013 à Bruxelles pour un sommet consacré en grande partie à la lutte contre l’évasion fiscale et l’énergie. Pour les eurodéputés Verts/ALE, aucune décision à la mesure des défis à relever n’a émergé de cette rencontre. Les réactions de Daniel Cohn-Bendit et de l’écologiste belge Philippe Lamberts présent sur place au nom du groupe.
Convoqué sur deux questions essentielles sur l’avenir économique de l’Union européenne, le Conseil européen s’est borné à un exercice de communication sans aucune avancée concrète. Sur le front fiscal, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont montrés incapables de prendre la moindre décision concrète, se contentant de prendre note des initiatives bienvenues de la Commission en la matière – sans pour autant s’engager à les soutenir.

-Il a remis – une fois encore – la conclusion d’un accord européen sur l’échange automatique d’informations sur les revenus de l’épargne, un dossier vieux de cinq ans, à décembre 2013. Sur la fiscalité des entreprises, l’idée même d’une harmonisation ne serait-ce que de la base imposable a disparu des écrans radars, tandis que celle de l’extension à toutes les entreprises de la transparence comptable pays par pays est à peine mentionnée.

-Sur le front énergétique, l’absence d’une politique véritablement européenne demeure criante ; au lieu d’engager résolument la transition énergétique vers une Europe à 100 % renouvelables, le Conseil européen se raccroche au mythe du gaz de schiste comme source d’énergie abondante et à bon marché.

« Au moment où l’Europe fait face à des défis sociaux et environnementaux d’une ampleur sans précédent, les citoyens européens sont en droit d’attendre de leurs chefs d’Etats et de Gouvernement de faire preuve d’une vision ambitieuse et d’une détermination politique sans faille, démontrées par des décisions concrètes. C’est tout le contraire que le Sommet nous a donné à voir », regrette l’eurodéputé belge Philippe Lamberts.

Daniel Cohn-Bendit, co-président du groupe des eurodéputés Verts/ALE, est scandalisé : « Un sommet comme celui là n’aura qu’une empreinte sur l’environnement… Des déplacements inutiles, coûteux et polluants de 27 dirigeants, tout cela pour rien », ironise-t-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension