Florange : préservons les emplois de la sidérurgie en France et en Europe

2 octobre 2012
Les deux hauts-fourneaux de l’aciérie de Florange sont mis à l’arrêt définitivement par leur propriétaire, ArcelorMittal, et ce sont 629 emplois qui disparaissent. Après la fermeture de Gandrange en 2009, le désastre social se poursuit en Moselle et plus largement en Lorraine, une région très affectée par la fermeture des sites sidérurgiques. Pour les eurodéputés EELV Sandrine Bélier et Karima Delli, la multinationale agit sans aucune éthique sociale. Après avoir exigé des aides publiques, elle licencie et ne réalise pas les investissements promis.
Combien d’abattements fiscaux, d’aides financières à l’emploi et à la recherche, de droits d’émissions de CO2 gratuits ? Ces dernières années, les entreprises sidérurgiques européennes ont reçu de nombreuses subventions publiques pour soutenir leur activité frappée par la crise économique. Malgré ces subventions, ArcelorMittal continue de fermer les hauts-fourneaux en Lorraine, mais aussi en Wallonie. Des milliers d’hommes et de femmes se retrouvent ainsi au chômage et leur compétence à la porte de l’entreprise.

  • Menace de délocalisations

    Pour les eurodéputés EELV, l’Union européenne doit tenir compte des stratégies de restructuration des entreprises qui tirent profit de ses différents fonds (fonds structurels ou d’ajustement à la mondialisation) et s’assurer que les emplois et les salariés seront sauvegardés en priorité. « Les responsables politiques ont un rôle à jouer face aux multinationales qui opèrent des licenciements boursiers et délocalisent pour réduire les coûts, augmenter les profits des actionnaires et plaire aux agences de notation, au mépris des normes sociales et environnementales », estimait l’eurodéputée EELV Karima Delli, membre de la commission Emploi du Parlement européen, lors de la fermeture des hauts-fourneaux à Liège en Belgique, à l’automne 2011.

    La menace des délocalisations a déjà trop pesé sur les salariés ! Pour assurer le dynamisme économique, la sauvegarde et la transition écologique du secteur industriel, « c’est aussi au niveau européen que nous pouvons agir », poursuit Sandrine Bélier, élue dans le Grand Est. Un cadre commun pour orienter le développement industriel devrait être proposé par la Commission européenne. Il faut repenser complètement les politiques d’investissements et de fiscalité au sein de l’UE. Une politique fiscale intégrée avec des taux réellement harmonisés doit être instaurée pour mettre fin à la concurrence fiscale entre les Etats-membres.

    • Reprise de Florange

      Alors qu’à Liège en 2011, le géant de l’acier avait refusé de céder ses installations, il vient d’accorder deux mois à la France pour retrouver un repreneur. La balle est dans le camp des pouvoirs publics : avec les investissements adaptés, en éco-production, en formation, en innovation technologique, il y a un avenir pour le site de Florange et pour les travailleurs qui le font vivre. 

      La désindustrialisation de l’Europe n’est pas une fatalité imposée par la mondialisation. Il faut relancer l’activité avec de nouveaux débouchés, comme l’éolien, les tramways et les réseaux ferroviaires trans-européens de demain. « J’ai été témoin d’une reconversion industrielle aux Etats-Unis, se souvient Sandrine Bélier. Le cas de Braddock doit nous servir d’exemple : cette ville économiquement sinistrée est redevenue un modèle de développement économique en réorientant sa production d’acier vers les énergies éoliennes et durables. Pourquoi pas Florange ? »

    Photo : Benjamin Géminel/ Licence CC

Partager cet article

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension