Communiqué
Grèce : un accord, mais à quel prix...
par eelv
14 juillet 2015
Après un weekend d’âpres négociations, le Grexit aura finalement été temporairement évité. Mais au prix de mesures d’austérité encore plus dures que celles refusées par référendum, et surtout au prix d’un sérieux coup porté au projet politique d’Union européenne.

Déclaration du Président du groupe Verts-ALE, Philippe LAMBERTS :

" Si certains intellectuels critiquent depuis un certain temps la tournure post-démocratique de l’Union européenne, il est désormais difficile de prétendre le contraire. L’accord extorqué ce matin à la Grèce est l’aboutissement d’une Union de façade dont les leaders ont refusé une majeure intégration et portent la responsabilité du chaos actuel. L’Union européenne est prise en otage par des chefs d’État et de gouvernement principalement préoccupés à conserver le pouvoir sur leur nation.

L’Eurogroupe d’hier a montré à quel point la configuration du projet d’Union européenne dépendait de ce que les hommes et femmes politiques en faisaient. Ce projet est en train de se décliner de la pire des façons.
Cette Union est devenue réversible, la mise au pas peut prévaloir sur le compromis et ses acteurs adoptent des postures nationalistes dépeignant ainsi le triste tableau de leur propre défiance à l’égard du projet européen et de leurs partenaires. Par leurs politiques européennes d’envergure stato-nationale, ses dirigeants entravent la démocratie post-nationale européenne et sèment le doute sur ses valeurs.

Si les Grecs ont éloigné provisoirement le spectre du Grexit, il n’en demeure pas moins vrai que ce prétendu accord n’est ni bon ni juste. Le choix qui a été fait est celui de l’humiliation et d’une prolongation d’un programme économique dont l’ineptie est démontrée. Les seuls gagnants de ce deal inique sont les eurosceptiques et force anti-démocratiques de tout bord.

L’Europe qui est en train de s’écrire est celle du conservatisme "euro-nationaliste" qui en vient à transformer le projet politique d’Union européenne en raison d’État trahissant la nature foncièrement démocratique du projet politique européen et l’idéal de réalisation humaine qu’il sous-tend.

Je reste passionnément convaincu que les Européens doivent s’unir s’ils veulent préserver la paix et reconquérir leur souveraineté perdue. L’Europe qui se profile n’est pas mon Europe ; ceci n’est pas notre Europe. L’UE sera démocratique ou ne sera pas."

NB : Une délégation du groupe Verts-ALE se rendra à Athènes jeudi 16 et vendredi 17 juillet. Celle-ci sera composée des députés : Ska Keller, Ernest Urtasun, Ulrike Lunacek,Τerry Reintke, Eva Joly, Sven Giegold, Jill Evans, et Josep-Maria Terricabras

Nous contacter

contact@europeecologie.eu

Parlement européen
Délégation Europe Ecologie au Groupe Verts/ALE
Bureau ASP 4 F 146
47-53, rue Wiertz
B.1047 Bruxelles

Les eurodéputés de la délégation