Le Parlement européen dénonce les conflits d’intérêts au sein des agences européennes

10 mai 2012
Ce jeudi 10 mai, le Parlement européen a voté la décharge du budget UE pour l’année 2010. Dans le cadre de cette décharge, des rapports concernant les comptes 2010 des agences et institutions de l’Union européenne, ont été mis au vote. Les députés du Groupe des Verts/ALE se sont montrés particulièrement critiques sur la question des conflits d’intérêt au sein des agences européennes, en particulier, celles concernant la santé des citoyens.
Pour Michèle RIVASI, Vice présidente du Groupe des Verts au Parlement européen :

« Grâce à nos nombreuses demandes et pressions, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a finalement mis en place une nouvelle procédure pour éviter les conflits d’intérêts en son sein. C’est une bonne chose, mais il n’était pas question de voter en faveur de la décharge tant que l’on n’aura pas les preuves, sur le long terme, de l’application concrète de cette procédure. Il faut d’abord s’assurer que l’agence applique dans les faits ce qu’elle propose sur le papier. C’est pourquoi nous sommes très satisfaits du résultat du vote, refusant l’octroi de la décharge pour cette agence. »

L’eurodéputée poursuit:

« C’est toute la crédibilité de l’Europe qui est en jeu. Tant que les doutes ne seront pas entièrement levés, sur la transparence dans l’attribution de marchés publics, les conflits d’intérêts ou encore les violations systématiques de procédures internes importantes, les Verts continueront à reporter le vote de la décharge pour l’EMA. »

José BOVE, Vice président de la commissions de l’agriculture du Parlement européen estime que:

« Les conflits d’intérêts au sein d’agences européennes en charge de la santé des citoyens sont devenus une évidence que le Parlement n’accepte plus. Le passage avec armes et bagages hier de Madame Banati de son poste de Présidente de l’EFSA à celui de directrice de la branche européenne de l’ILSI est particulièrement scandaleux. L’ILSI représentent 400 entreprises du secteur de l’agro-alimentaire qui pèsent de tous leurs poids pour faire passer les OGM en Europe. L’EFSA doit maintenant se reformer en profondeur. Le travail que nous avons mené depuis septembre 2010 a porté ses fruits et je m’en félicite.

Le Parlement européen s’impose sur ces questions et sanctionne lourdement la Commission européenne. M. Barroso est au pied du mur et n’a pas d’autre choix que de s’engager pour que des mesures rapides et drastiques soient prises pour assurer l’indépendance et la transparence de l’EFSA et des autres agences européennes ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension