Le nouveau Président du Conseil Européen doit s’expliquer sur la Turquie

20 novembre 2009
Hélène Flautre, Co-présidente de la Commission parlementaire mixte UE-Turquie réagit à la nomination d’Herman van Rompuy, actuel premier ministre belge, au poste de Président du Conseil Européen.

« Je suis inquiète de la nomination à la tête du Conseil Européen, d’un homme politique qui a argumenté avec conviction que l’adhésion de la Turquie serait une menace pour les valeurs fondamentales de l’Europe.»

« Dans sa fonction de Président du Conseil Européen, je prends acte que Mr. van Rompuy s‘engage à respecter la décision unanime des Etats Membres de lancer des négociations en vue de l´adhésion de la Turquie. Nous y serons vigilants.»

« Le soutien massif de Mme Merkel et M. Sarkozy à la nomination de M. Van Rompuy n’est sans doute pas étranger à cette « ancienne » conviction sur la Turquie développée par M Van Rompuy en 2004. Ajoutés à cela, les propos malheureux du président du Parlement européen M. Buzek, ne jugeant pas compatible l´adhésion de la Turquie avec la culture chrétienne de l´Europe, le déséquilibre à la tête des institutions est patent! »

« Le débat sur l’adhésion de la Turquie est un débat sur le sens et l’essence du projet européen. Pour les Verts, la position est claire. Nous sommes pour une Europe ouverte se définissant sur la base de valeurs universelles et qui conçoit la diversité culturelle de l´Europe comme une richesse. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension