Le Parlement européen ne va pas assez loin pour le bien-être animal

12 décembre 2012
Le Parlement européen a adopté le 12 décembre un rapport qui renforce les règles européennes sur le transport des animaux. Les eurodéputés Verts saluent ce vote, mais regrettent que les députés n’aient pas été plus loin en fixant à 8 heures la durée maximale pour le transport des animaux destinés à l’abattage.
Michèle Rivasi, députée européenne Vice présidente du groupe des Verts/ALE, rappelle que le chemin qui conduit les animaux à l’abattoir peut durer parfois des semaines, et représente une épreuve de stress et de souffrances.

« Les conditions de transport sont telles -promiscuité, distances parcourues, durée- qu’elles favorisent le développement d’épidémies, de blessures, de privations et entrainent la mort bien avant l’arrivée à destination. Il est primordial d’apporter davantage de bien-être aux animaux que nous allons consommer, c’est une question de bon sens. C’est pourquoi ces derniers devraient être abattus sur leur lieu d’élevage, ou aussi près que possible. »

Les Verts estiment que la législation européenne doit encore être améliorée, afin d’assurer des transports moins bondés et une meilleure protection pour les animaux blessés.

« Limiter le temps de transport à 8 heures dans l’UE serait un grand pas en avant, quitte à mettre en place des dérogations pour les régions isolées de l’Union. Plus d’un million de citoyens européens ont récemment signé une pétition appelant à cette limitation à 8 heures, il y a également eu une déclaration écrite (1) sur ce thème, signée par la majorité des députés européens. Nous regrettons donc que peu de députés aient tenu leur engagement et soutenu cet appel ! », conclut Michèle Rivasi.

(1) http://www.europarl.europa.eu/oeil/popups/summary.do?id=1198014&l=fr&t=E

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension