Edward Snowden : le choix des écolos pour le Prix Sakharov

30 septembre 2013
Le Parlement européen a pré-selectionné lundi 30 septembre trois personnes susceptibles de recevoir le prix Sakharov pour la liberté de penser en 2013. Le candidat proposé par le groupe des eurodéputés écologistes, Edward Snowden, fait partie de ces nominés. Pour les Verts/ALE, il s’agit de dénoncer les pratiques de surveillance mises en place par les services secrets américains et européens, au mépris de nos libertés individuelles fondamentales.
Le prix Sakharov est décerné chaque année par le Parlement européen. Créé en 1988, il récompense des personnalités ou des collectifs qui s’efforcent de défendre les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Le Parlement européen remet le Prix lors d’une séance solennelle à Strasbourg organisée aux alentours du 10 décembre, date de la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies, en 1948.

Pour Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms, co-présidents des eurodéputés Verts/ALE :

« Nous souhaitons faire reconnaître l’énorme service rendu par Edward Snowden en faveur des Droits de l’homme, non seulement pour les citoyens européens mais également pour les citoyens du reste du monde. Edward Snowden a risqué sa liberté pour nous aider à protéger la nôtre et il mérite d’être honoré d’avoir fait la lumière sur les violations systématiques des libertés civiles par les services secrets américains et européens. Mais au lieu de lui offrir l’asile dans l’UE, les gouvernements européens l’ont lâchement abandonné. Nous espérons que cette nomination recevra un large soutien au sein du Parlement européen et que cela peut servir comme symbole de rejet de l’intrusion flagrante, massive et illégale dans la vie privée des citoyens du monde entier. »

Image : Laura Poitras / Praxis Films

Partager cet article

2 commentaires

  • céline dit:
     - 

    Bravo à lui ! Il a eu un sacré courage et j’espère bien que d’autres révélations sortiront de l’ombre. Les peuples sont malheureusement esclaves dans un sens de cette société, en clair ils ne peuvent/doivent rien dire.

  • Anonyme dit:
     - 

    Je suis entièrement d’accord avec ce choix et les arguments de Daniel Cohn-Bendit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension