Efficacité de l’utilisation des ressources : le Parlement veut réduire le gaspillage alimentaire

16 mai 2017
L’UE ne contribue pas à une chaîne d’approvisionnement alimentaire efficace en matière de ressources. Le Parlement s’est emparé de la question et a adopté un rapport ambitieux plaidant pour des objectifs contraignants de réduction des déchets alimentaires.

En 2016 de la Cour des comptes européenne a montré que l’ambition de la Commission a diminué au fil du temps pour conclure que l’UE ne contribuait pas à une chaîne d’approvisionnement alimentaire efficace en matière de ressources.

Le Parlement s’est emparé de la question et a adopté un rapport ambitieux plaidant pour des objectifs contraignants de réduction des déchets alimentaires à hauteur de 50% d’ici 2030 (reflétant l’Objectif du Millénaire pour le Développement 12.3 de l’ONU) et d’au moins 30% d’ici 2025. (1)

Réaction de Michèle RIVASI, membre de la Commission santé et environnement :

« Ce rapport concerne un sujet qui est un véritable scandale. D’un point de vue social, 10 % de la population européenne n’a pas les moyens d’avoir accès à un repas quotidien de qualité, et 23,7 % de celle-ci est menacée de pauvreté et d’exclusion sociale. Or, 88 millions de tonnes de nourriture sont gaspillés chaque année dans l’UE, soit 173 kg/personne, un nombre qui risque d’augmenter si aucune mesure immédiate n’est prise.

C’est un paradoxe également avec les chiffres concernant l’environnement. La nourriture qui ne finit pas dans nos assiettes consomme 25 % de l’eau utilisée dans l’agriculture et requiert la culture de terres d’une superficie aussi grande que la Chine. Ce gaspillage est à l’origine de déchets qui génèrent 170 millions de tonnes de CO2 et qui ont requis 261 millions de tonnes de ressources.

Je me réjouis de ce rapport et nous devons obtenir des objectifs contraignants ainsi qu’une politique cohérente et coordonnée. On ne peut pas avoir une PAC qui pousse à plus de productivité et, de l’autre côté, des mesures éparpillées contre le gaspillage alimentaire. C’est un vrai problème européen, c’est à l’Europe d’agir. »

L’intervention de Michèle RIVASI à l’occasion du débat sur ce rapport :

(1) comme préconisé par le Parlement dans sa résolution de juillet 2015 « Efficacité des ressources: Vers une économie circulaire »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension