La Commission européenne cautionne l’allongement de durée de vie des centrales nucléaires européennes

Suite à l’accident nucléaire de Fukushima, la Commission européenne a mis en place des tests de résistance sur les centrales européennes afin de vérifier leur vulnérabilité à une catégorie limitée de risques. Suite à leur publication, les différents opérateurs européens ont dû procéder à des travaux obligatoires d’amélioration de sûreté. Une nouvelle directive européenne est également en cours de rédaction.
Michèle Rivasi, eurodéputée EELV :

« Je suis extrêmement déçue que la Commission cautionne le prolongement de la durée de vie des réacteurs européens sur la base d’un examen spécifique. Les conséquences du vieillissement des matériaux et des cuves sur la sûreté sont jusque-là inconnues: je trouve irresponsable de prolonger un parc qui devient plus menaçant d’année en année, dans le seul but de garantir la compétitivité d’une énergie du passé. Suite à la visite de François Hollande au Japon, je souhaite aussi rappeler que nous avons des responsabilités en exportant cette technologie, surtout lorsque l’on aide à produire du MOX dans un pays à l’activité sismique dévastatrice. En cas de nouvel accident au Japon, la France sera définitivement considérée comme un marchand de mort.

Quant à la réalisation dans toute l’UE d’examens juridiquement contraignants tous les six ans, il est réducteur de penser que la pluri-nationalité des équipes permettra une meilleure sûreté. Les experts de l’industrie ont tous la même objectivité, peu importe leur pays d’origine, c’est pourquoi il faut leur opposer une participation de la société civile. C’est pour cette raison je participe actuellement à la création de ‘Nuclear Transparency Watch’, un réseau européen de vigilance nucléaire. »

Pour Yannick Jadot, eurodéputé EELV :

« Les quelques mesures proposées en matière de de transparence et d’indépendance du régulateur sont bienvenues. Nous espérons qu’elles limiteront les conflits d’intérêt omniprésents dans le nucléaire qui empêchent toujours les citoyens de connaître la réalité des risques qui leur sont imposés. Pour le reste, le Commissaire Oettinger continue de défendre un lobby nucléaire qui peine de plus en plus à masquer la faillite industrielle et financière de cette industrie, et la gravité des risques encourus. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*