Pétition

Stocamine : contre la pollution de la plus grande nappe phréatique d’Europe

Type de campagne : Pétition
Dates de la campagne : à partir du Mercredi 1 Novembre 2017

Ouvert en 1999, le site Stocamine, à Wittelsheim en Alsace, devait abriter à terme 320 000 tonnes de déchets dangereux non-radioactifs. Un projet préoccupant quand on sait que le lieu – les anciennes mines de potasses d’Alsace – est situé juste au-dessus d’une des plus grandes nappes phréatiques européennes. Un important incendie a eu lieu en septembre 2002, provoquant l’arrêt de son activité et la remise en cause du projet.

Depuis cette décision de fermeture, il est apparu également qu’une partie des déchets entreposés n’aurait pas dû l’être pour cause de dangerosité excessive (mercure par exemple). Décision a été prise de déplacer une partie des déchets les plus dangereux tout en misant sur la chance pour que le reste, trop coûteux à atteindre et traiter, ne devienne nuisible à terme. Contrairement aux partisans du projet, béatement optimistes quant à l’évolution géologique du site à long terme, nous soutenons ses opposants et notamment le collectif Déstocamine qui pointent les risques prévisibles importants, notamment en ce qui concerne les infiltrations et remontées d’eaux. La dépollution ne peut être partielle et l’avenir laissé au bon vouloir du hasard.

Début 2017, Yannick JADOT, Michèle RIVASI et des députés européens avaient d’ailleurs interpellé à ce sujet la Ministre de l’Environnement française en fonction à l’époque.

 
Face aux risques de pollution de la nappe phréatique dans les années à venir, afin d’éviter un précédent, et afin d’éviter une catastrophe et un scandale sanitaire et écologique pour les générations à venir, cette pétition exige aujourd’hui la poursuite du déstockage autant que faire se peut.
Relayer cette action

2 commentaires

  • Savrot dit:
     - 

    Il y a des années qu’ on un problème ici, une honte, une aberration! … Un crime…

  • GAERTNER dit:
     - 

    Comment peut-on accepter de claquer 180 millions d’euros pour confiner 42000 tonnes de déchets toxiques dans des galeries soumises aux aléas miniers ? La cupidité de certains individus prime sur la richesse faunistique de la bande rhénane et la qualité de la nappe phréatique d’Alsace, une ressource naturelle d’une valeur inestimable. C’est à la fois criminel et scandaleux ; que vaut l’intérêt général aux yeux de nos dirigeants parisiens ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*