Algues vertes : l’Europe somme Paris de s’expliquer

18 octobre 2011
http://www.lemonde.fr

942 mots
19 octobre 2011
Le Monde
LEMOND
Le Monde – All
CTGLEM
7
Français
© Le Monde, 2011. Tous droits réservés.

Le gouvernement français devait répondre, mardi 18 octobre, à un
questionnaire incisif de la Commission

Le dossier des algues vertes françaises est sous haute surveillance
européenne. La Commission attendait, mardi 18 octobre, la réponse à une
lettre officielle envoyée trois mois plus tôt à Paris pour l’interroger sur
le traitement du chantier breton. Bruxelles se refusant à accorder un
nouveau délai au gouvernement français, plusieurs ministères – jusqu’à
Matignon – étaient mobilisés, lundi 17 octobre, pour rédiger un courrier. A
la clé, des pénalités financières possibles pour la France.

La missive de la Commission, datée du 18 juillet, est un rappel à l’ordre
; les dix pages de questions en annexe, un réquisitoire. La pollution de
l’eau des rivières de Bretagne et la prolifération d’algues vertes qu’elle
entraîne sur le littoral sont au coeur du litige.

Dans son courrier, la direction générale de l’environnement s’étonne que,
au 30 juin, 25 000 m3 d’algues vertes aient été ramassées sur les côtes
bretonnes, soit le double de 2010. La Commission rappelle que ce dossier
fait déjà l’objet de sept plaintes déposées auprès d’elle depuis 2010 et de
moult questions parlementaires.

Compte tenu de son importance – les collectivités locales auraient ramassé
53 000 tonnes d’ulves à la fin août selon la préfecture, 11 % de plus qu’en
2010 -, les autorités françaises estiment-elles que cette pollution  »
requiert l’adoption immédiate de mesures à caractère juridique contraignant
? « , interroge la Commission.

Elle souhaite savoir combien d’exploitations agricoles illégales ont été
régularisées ces deux dernières années, autorisant du même coup des
milliers d’animaux d’élevage non déclarés en surnombre, et pourquoi.
Quelles sont les actions entreprises ? Quels contrôles ? Quels effets ? Et
finit par la question qui fâche : quel budget la France y consacre-t-elle
et  » quelle est la contribution éventuelle du secteur agricole  » ?

Quelques jours après l’envoi de ce questionnaire étaient découverts, dans
les Côtes-d’Armor, les cadavres de 36 sangliers intoxiqués par de
l’hydrogène sulfuré, près d’un amas de vase et d’algues vertes en
putréfaction.

Mardi 11 octobre, une délégation d’élus Europe Ecologie-Les Verts (EELV)
de Bretagne s’est rendue à Bruxelles pour s’enquérir de l’avancement de la
plainte qu’ils avaient déposée un an plus tôt.

André Ollivro, de l’association Halte aux marées vertes, et Yves Marie Le
Lay, de Sauvegarde du Trégor, les accompagnaient.  » Les représentants de la
direction de l’environnement en savent autant que nous ! « , notent-ils. Le
collectif s’est aussi adressé au Parlement européen, où plusieurs députés
se sont engagés à ce que le dossier reste sur le haut de la pile.

La pression européenne suffira-t-elle à faire bouger Paris ? Pas sûr. Par
deux fois déjà, des tribunaux administratifs, à Rennes en 2007, puis à
Nantes en 2010, ont condamné l’Etat qui n’a pas su protéger la qualité de
l’eau en Bretagne. Et, par deux fois, l’Etat a été déclaré coupable de
laisser se développer une concentration des élevages et des intrants dans
les sols.

 » Simple bon sens « …

Voilà qui ne transparaît pas dans le discours tenu le 13 septembre par
Bruno Le Maire devant la profession réunie au Space, le grand salon
agricole de Rennes. Le ministre de l’agriculture a commencé par y dénoncer
les  » gens qui, de Paris ou du fond de je ne sais trop quelle capitale,
vont critiquer  » les agriculteurs.  » Soyons pragmatiques (…), n’essayons
pas systématiquement d’appliquer des règles environnementales plus strictes
que celles de nos voisins « , a-t-il insisté. Le ministre dit s’être battu
pour raccourcir les instructions préalables aux installations classées,  »
une mesure de simple bon sens pour aider les éleveurs porcins de Bretagne  »
et s’est engagé à continuer d’assouplir les règlements sur les zones en
excédents structurels – comprendre excédents des déjections animales –
avant mars 2012.

D’autres signes inquiètent les associations. Le récent  » décret nitrates  »
risque de permettre d’étendre davantage de lisier. Un projet de changement
dans le mode de calcul des rejets des vaches laitières pourrait pénaliser
les éleveurs qui continuent de mener leur bétail à l’herbe.  » Les acteurs
de l’agroalimentaire voudraient imposer l’idée qu’il va nous falloir vivre
avec, peste René Louail, conseiller régional EELV. Mais leur industrie est
en crise en Bretagne, cela porte à réfléchir sur son modèle, estime cet
éleveur de brebis. Défendre les paysans, c’est défendre l’environnement, on
ne gagnera pas cette bataille avec des grosses exploitations qui raflent
les subventions !  »

Le gouvernement se retranche derrière son plan de lutte contre les algues
vertes lancé en février 2010. Or, sur les huit contrats prévus dans les
baies les plus touchées, le deuxième vient seulement d’être signé à
Saint-Brieuc, le 7 octobre.

Avant de faire fuir les touristes et de contraindre les communes à
interdire l’accès à leurs plages, l’excès de nitrates pose, en amont, le
problème de l’alimentation en eau. Plusieurs captages ont dû être fermés :
leurs taux de nitrates sont tels qu’ils rendent l’eau impossible à traiter
pour devenir potable.

Marc Hervé, président du Syndicat de production d’eau potable du Bassin
rennais – qui fournit près de la moitié du département d’Ille-et-Vilaine -,
a réagi à l’annonce du décret nitrates. L’élu socialiste s’étonnait que les
organisations agricoles soient les seules consultées et demandait au
gouvernement d’éviter d’adresser à ces dernières  » un message qui irait à
l’encontre de tous les programmes visant à l’amélioration de la qualité des
eaux « .

Martine Valo

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.