Copenhague : Borloo doit mettre son talent au service de l’Europe

14 décembre 2009
Communiqué de Yannick Jadot, Député européen Europe Ecologie

Copenhague 13 décembre 2009

A la mi-temps de la rencontre de Copenhague, tous les scenarios sont
possibles : de l’accord acceptable au désaccord profond. L’euro député
europe ecologie Yannick Jadot demande au ministre d’Etat Jean-Louis
Borloo, comme à l’ensemble de la délégation française, de mettre toute sa
conviction, son énergie et son talent au service du processus de
négociation de l’ONU et d’une Europe affaiblie par ses divergences.

« Le plan justice climat de Jean-Louis Borloo comprend une analyse et des
idées intéressantes. Mais il ne s’inscrit malheureusement ni dans le
processus onusien de négociation, ni dans le processus européen de
décision. La négociation de cette semaine doit se concentrer sur les
réductions d’émissions des pays riches (entre 30 et 40% d’ici 2020) et sur
un financement des pays du Sud à hauteur de 120 milliards d’euros par an
d’ici 2020 avec une quote part d’au moins 30 milliards pour l’Europe.

Si la taxation des transactions financières – pour aider les pays du Sud –
est une perspective très importante que nous soutenons depuis des années,
et si l’Organisation Mondiale de l’Environnement est un projet qui mérite
une discussion internationale, ces deux idées ne recueillent aujourd’hui
qu’un faible soutien dans la communauté internationale et ne peuvent être
considérées comme des éléments essentiels de la négociation des jours à
venir.

Par ailleurs, le président Sarkozy ne peut continuer à répéter la position
européenne définie il y a un an sur l’objectif de réduction des émissions
européennes. Il a beau évoquer une réduction de 30%, celle-ci est toujours
conditionnée à un succès à Copenhague. Nicolas Sarkozy doit explicitement
soutenir dès demain un objectif inconditionnel de 30%. Car les avancées
des autres pays ont été très nombreuses sur ce sujet des émissions. Car il
faut passer du « nous ferons 30% si Copenhague est un succès » à « nous
faisons 30% pour que Copenhague soit un succès ». Engager la
transformation de l’économie européenne vers les économies d’énergie et
les énergies renouvelables est de toute façon une chance pour les citoyens
et l’emploi.


par EurodeputesEE

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*