En Nord-Pas de Calais, nos territoires peuvent accueillir les 3000 Roms qui y résident !

31 mai 2013
Depuis plusieurs années, les Roms, fuyant les discriminations et les difficultés sociales, quittent la Roumanie et la Bulgarie. 20000 Roms sont ainsi présents en France dont environ 3000 dans notre région.

Prenant appui sur la politique européenne d’intégration, quelques villages d’insertion ont notamment permis à des familles d’accéder à un logement et d’engager un chemin vers une insertion sociale durable en France. D’autres familles ont pu « bénéficier » de mesures provisoires d’hébergement d’urgence. Mais en dehors de ces exceptions, la majeure partie des Roms, qui sont, rappelons-le, généralement sédentaires dans leur pays d’origine, vivent dans le dénuement le plus extrême, dans des campements spontanés installés essentiellement sur la métropole lilloise. Un dispositif d’accompagnement social existe mais l’aide humanitaire s’appuie surtout sur des citoyens, des associations, d’autres institutions et quelques collectivités engagées.

Nous sommes unanimes pour affirmer que les conditions de vie dans les campements spontanés sont intolérables. Ces friches ou délaissés urbains, transformés en bidonvilles, créent des tensions avec les riverains. Mais c’est surtout au nom de nos valeurs d’égalité et de fraternité que nous ne pouvons pas laisser perdurer cette situation.

Après les expulsions sans solution des Roms vivant sur les terrains de Villeneuve d’Ascq et d’Hellemmes en août 2012, malgré un engagement de principe de Lille Métropole Communauté Urbaine pour éviter que le même scénario ne se reproduise, nous, élus et militants écologistes, redoutons pourtant que l’ été 2013 ne ressemble à celui de 2012, comme tous les signaux semblent nous l’indiquer, au niveau local et national.

La circulaire interministérielle du 26 août 2012 prévoyait la fin des expulsions sans solution.
Malgré cet engagement, aucune stratégie nationale d’accompagnement et d’insertion des Roms n’a été mise en place, le Ministre de l’intérieur, Manuel Valls maintient un discours hostile, laissant les autorités locales prendre seules des initiatives. Ainsi, les expulsions sans solution continuent partout en France, reproduisant des scenarii malheureusement déjà bien connus : errance, fragilisation des plus faibles, hospitalisations, démultiplication des campements spontanés, montée des extrémismes.

Cet état de fait n’est pourtant pas inéluctable.

En effet, en Nord-Pas- de- Calais, un accueil effectif et réussi des familles Roms est assuré dans plusieurs communes, accueil qui répond à quatre conditions :

•un lieu de vie décent
•la scolarisation des enfants
•l’accès à la santé et aux soins
•l’accès à un emploi et/ou à une formation pour les adultes.

Cette action est d’autant plus cohérente qu’ avant le 1er janvier 2014, l’autorisation de travail sera donnée aux ressortissants roumains et bulgares, leur conférant désormais les mêmes droits qu’aux autres citoyens européens.

Les dispositifs d’accueil doivent donc s’intensifier. Dans ce cadre, la réquisition de terrains par l’Etat[1], mais aussi l’aménagement des terrains existants reste une priorité, ainsi que l’hébergement dit « dans le diffus ». Si chaque commune disposant de logements sociaux, permettait à quelques familles Roms d’y accéder, un nombre important de Roms pourraient ainsi être relogés. Toutes les forces doivent également être mobilisées pour renforcer l’accompagnement social, l’action culturelle et éducative, ainsi que la médiation sous toutes ses formes.

Ces mesures n’induisent pas une mise en concurrence des solidarités. [2]

L’enveloppe de 4,5 milliards d’euros de fonds européen (FEDER et FSE) allouée chaque année à la France pour l’accueil des Roms et des gens du voyage doit être pleinement utilisée, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. L’action au niveau européen est également possible via la participation des collectivités territoriales aux initiatives de l’Alliance des Villes et des Régions pour l’inclusion des Roms mises en place par le Conseil de l’Europe.

On voit donc que, si la responsabilité de la recherche de terrains et de la coordination des territoires appartient à l’Etat, il est irréaliste de laisser le Préfet seul mener à bien cette mission de solidarité.

A cet égard, nous demandons la pleine et entière mise en œuvre de la circulaire du 26 août 2012, notamment par la participation des services représentant dans les régions ou les départements les sept ministres co-signataires de cette circulaire. Cette mise en œuvre ne saurait être efficace sans la participation des collectivités locales et territoriales, des associations impliquées, et des membres de la population Rom elle-même.

Nous, élus et militants écologistes, nous agirons au niveau communal, intercommunal, régional, national, européen pour soutenir :
•La concrétisation de ces solutions pour un accueil digne des familles Roms sur notre territoire
•La mobilisation de l’Etat, des collectivités locales, des élus et des habitants du Nord -Pas-de-Calais dans la mise en œuvre de ces solutions.

Europe Ecologie-Les Verts,

Les élus EELV des villages, villes et intercommunalités du Nord-Pas-de-Calais,

Les élus EELV au Conseil Régional,

Les parlementaires EELV de la Région au Sénat et au Parlement Européen

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension