Exemption de Visa pour les Albanais et les Bosniaques : Cohn-Bendit écrit à Kouchner

9 novembre 2010
Lettre ouverte à Bernard Kouchner

Ministre des Affaires étrangères

Monsieur le Ministre, Cher Bernard,

Après la décision des pays de l’espace Schengen de dispenser de visa les
Bosniaques et les Albanais qui souhaitent rentrer dans l’Union Européenne,
je me permets de te faire part de mes interrogations. Ces dernières ne
portent pas sur cette décision que je trouve tout à fait juste, mais sur
l’attitude de la France dans cette négociation. Si les informations dont je
dispose sont exactes, je comprends que la France était un des pays qui
s’opposaient à la levée du devoir de visas et qu’elle n’y a finalement
consenti qu’après l’introduction d’une disposition permettant de suspendre
à tout moment l’exemption.

Compte tenu de ton histoire politique et humanitaire, je dois dire que
j’ai du mal à croire que tu aies pu, au nom de la France, te battre contre
l’exemption de visa pour les Albanais et les Bosniaques. J’ai du mal à
croire que tu puisses, alors que les Serbes disposent déjà de cette
exemption, entraver l’acquisition de ce droit pour les Bosniaques et les
Albanais. J’ai du mal à croire que tu puisses vouloir refuser à des
étudiants de Bosnie de venir prendre une bouffée d’oxygène en Europe, que
tu puisses avoir oublié que les accords de Dayton rendent la vie des
Bosniaques impossible, que tu puisses être à ce point aligné sur les
positions du Ministre de l’Intérieur.

Bernard, je refuse de penser que tu souscrits sincèrement à
l’argumentaire, digne de la Ligue Lombarde, selon lequel les exemptions de
visa pour les Bosniaques et les Albanais pourraient engendrer le chaos dans
l’Union Européenne. Au nom de ton histoire politique, tu dois dire ce qu’il
s’est passé, tu dois faire la lumière sur cette position du gouvernement
français.

Bruxelles, 9 Novembre 2010

Daniel Cohn-Bendit

P.S.: On se voit à la remise du prix Nobel à Stockholm? Ça serait
vraiment sympa. Dany

Partager cet article

Un commentaire

  • EdDo dit:
     - 

    Les signataires de cette exemption devraient être appelés de « collabos avec l’ennemi » et être traites de telle sorte par la population!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*