Le Parlement européen solidaire de l’Ukraine

8 septembre 2014
Ce lundi 8 septembre, la commission des Affaires étrangères du Parlement européen vient, à une très large majorité, de soutenir la ratification de l’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine. En novembre dernier, la décision de Victor Ianoukovitch de ne pas signer cet accord avait été à l’origine du soulèvement populaire de la place Maïdan, qui a finalement abouti à la destitution du Président Ianoukovitch par le Parlement ukrainien, et à l’élection de Petro Porochenko le 25 mai dernier, sous l’observation d’une mission internationale de l’OSCE. 

Les eurodéputés Europe Ecologie au Parlement européen se félicitent de ce message de solidarité envoyé à l’Ukraine, et rappellent le droit fondamental de l’Ukraine à déterminer librement son avenir politique et économique. Le Parlement européen a condamné à plusieurs reprises les atteintes à l’intégrité territoriale de l’Ukraine, pays souverain, notamment l’annexion illégale, en regard du droit international, de la Crimée par la Russie. Malgré le cessez-le-feu signé vendredi dernier entre Kiev et les séparatistes du Donbass, les violences continuent, comme en témoigne les bombardements qui ont eu lieu dimanche près de Donetsk et du port de Marioupol. L’UE doit renforcer ses sanctions économiques ciblées envers la Russie et les séparatistes ukrainiens tant que le cessez-le-feu ne sera pas durablement respecté. 

Au-delà des sanctions économiques contre l’agression russe, la réponse de l’UE doit maintenant se concentrer sur l’accompagnement des réformes démocratiques et économiques en Ukraine. C’est tout l’objet de cet accord d’association, qui prévoit un soutien de l’UE à la mise en place d’un Etat de droit en Ukraine, basé sur les principes de démocratie, de justice et de respect des droits humains et des libertés fondamentales.

Les eurodéputés Europe Ecologie au Parlement européen réaffirment que seule une issue politique et pacifique est viable en Ukraine. Ils appellent donc l’UE et la communauté internationale à mettre en place les conditions d’une démilitarisation sous contrôle international de la zone de conflit, et de la tenue rapide d’élections législatives sur l’ensemble du territoire ukrainien sous observation d’une mission de l’OSCE. En aucun cas un soutien militaire des pays membres de l’OTAN ne constitue une solution au conflit. Ceci ne viendrait que renforcer l’escalade de violence dans la région, et alimenter les crimes de guerres constatés sur le terrain par les ONG.

Enfin, la crise ukrainienne démontre à quel point l’UE reste dépendante de puissances extérieures pour son approvisionnement en énergie. La Commission européenne doit présenter dans les plus brefs délais les détails de son plan d’urgence en cas de rupture de l’approvisionnement en gaz russe, et préciser les contours de sa stratégie pour renforcer son indépendance énergétique. Pour les écologistes, la seule diversification des sources d’approvisionnement ne constitue en rien une solution durable. L’UE doit investir massivement dans la transition énergétique pour permettre le développement des énergies renouvelables et la réduction de notre consommation finale d’énergie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*