Notre meilleure défense, c’est la solidarité et la diplomatie

7 juin 2017
La Commission européenne a dévoilé sa proposition détaillée d’un fonds pour financer la défense européenne, un évènement aussi inédit qu’inattendu que les écologistes accueillent avec discernement.
 
Cette proposition s’inscrit dans le contexte propice du Brexit car la Grande-Bretagne s’était toujours opposée à l’idée de développer une Europe de la défense. Par ailleurs, les récentes déclarations de Trump sur la solidarité de l’OTAN en cas d’agression extérieure ont rappelé aux Européens que leur allié américain pouvait faire défaut si l’on ne satisfaisait pas à ses exigences. Enfin, les nouvelles menaces hybrides aux frontières de l’Europe -illustrées notamment par l’invasion russe de la Crimée – appellent à trouver des solutions communes à ce nouveau type de conflit alliant guerre conventionnelle et non conventionnelle, guerre régulière et irrégulière, guerre de l’information et cyberguerre.

Tout comme Schuman dans sa déclaration de 1950, les écologistes considèrent que « l’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble: elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait ». Nous avons beau être pacifistes, nous sommes aussi réalistes : nous avons besoin d’avoir à notre disposition les moyens de nous défendre contre toute attaque extérieure, voire d’intervenir en dehors de l’Europe si le droit international le permet.

En dehors de la logique de solidarité entre États membres, nous croyons aussi que l’Europe de la défense revêt un intérêt économique : les logiques nationales ont un coût démesuré qu’une logique communautaire pourrait réduire. Comme la Commission européenne le rappelle, le manque de coopération provoque un gaspillage évalué entre 25 et 100 milliards d’euros par an. Si nous mettions en commun nos budgets, nous pourrions économiser jusqu’à 30% des dépenses annuelles de défense, que nous pourrions réinvestir dans des secteurs essentiels tels que l’éducation ou la transition écologique. Nous considérons par ailleurs que le financement de l’Europe de la défense ne doit pas se faire au détriment des autres financements européens existants tels que les fonds structurels et régionaux ou bien le Fonds européen pour les investissements stratégiques : en aucun cas ces fonds ne devraient abonder le budget de la défense.

Nous tenons aussi à rappeler que plus de coopération sur les questions de défense, ce n’est pas rajouter une couche supplémentaire d’armement mais mutualiser la recherche, l’investissement et le déploiement des capacités militaires dans un esprit de solidarité. Et surtout nous sommes résolument engagés en faveur du désarmement nucléaire, c’est pour cette raison que nous avons initié et obtenu du Parlement européen l’adoption d’une résolution appelant les États européens à soutenir l’initiative des Nations-Unies visant à engager dès 2017 des négociations internationales pour un traité interdisant les armes nucléaires dans le monde.

C’est pourquoi l’eurodéputé Yannick JADOT salue la proposition de la Commission européenne mais appelle à ne pas dévoyer cette idée en chèque en blanc à destination de l’industrie de l’armement : « Pour nous, l’Europe est et devra rester un acteur majeur dans la promotion des solutions pacifiques et la course à l’armement n’est en aucun cas une solution pérenne aux enjeux actuels. Nous devons surtout investir dans la prévention des conflits, les missions de maintien de la paix, le renseignement humain et la diplomatie. ».

Et surtout nous avons d’autres moyens que l’armée pour influencer les relations internationales, pour le meilleur et non pour le pire : « En tant qu’acteur économique majeur, l’UE peut et doit aussi utiliser sa politique commerciale comme un levier diplomatique : bâton ou carotte, ce sera à nos interlocuteurs de décider en connaissance de cause. C’est pour ces raisons que l’UE doit notamment gagner en indépendance grâce à la transition énergétique, pour que notre diplomatie n’ait plus les mains liées par les contrats pétroliers, gaziers et uranifères passés avec des régimes peu recommandables ».

Pour en savoir plus sur la position des écologistes au Parlement européen sur les questions de paix et de sécurité, c’est par là: https://www.greens-efa.eu/legacy/fileadmin/dam/Documents/Publications/Peace_security/GreensEFA-Brochure_EU-contribution-to-peace-and-security.pdf

Photo : ©European Parliament/Pietro Naj-Oleari

Le texte de la Commission européenne : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-1516_fr.htm
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*