Quand la Banque centrale européenne va trop loin

7 avril 2011
Le nouveau gouvernement irlandais tout juste élu a déjà dû revenir sur une de ses principales promesses de campagne: le partage équitable du coût du sauvetage du secteur bancaire irlandais entre contribuables et acteurs prviés. Pourtant, les citoyens irlandais ont clairement exprimé dans les urnes qu’ils ne souhaitaient pas assumer seuls la charge de 70 milliards d’euros (soit 45% du PIB irlandais). Les actionnaires des banques ayant déja été mis à contribution, la promesse du nouveau gouvernement était de faire payer les créanciers des banques —ceux qui ont prêtés aux banques irlandaises en achetant leurs obligations.

Comment expliquer alors que le gouvernement fraîchement élu renonce à faire payer les créanciers des banques?

Lire la suite sur le blog libé.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*