Stratégie biodiversité 2020 : Une étape clé vers davantage d’intégration dans les politiques sectorielles

20 avril 2012
Le Parlement européen vient d’adopter aujourd’hui sa position sur le plan stratégique européen visant à mettre un terme à l’érosion de la biodiversité d’ici 2020. Ce texte est une étape clé dans la mise en œuvre du Plan stratégique adopté à Nagoya en octobre 2010. La balle est maintenant dans le camp du Conseil pour assurer une mise en œuvre pleine et entière du texte.
Le Parlement européen vient d’adopter aujourd’hui sa position sur le plan stratégique européen visant à mettre un terme à l’érosion de la biodiversité d’ici 2020. Ce texte est une étape clé dans la mise en œuvre du Plan stratégique adopté à Nagoya en octobre 2010. La balle est maintenant dans le camp du Conseil pour assurer une mise en œuvre pleine et entière du texte.

Pour Sandrine Bélier, Députée européenne, membre de la commission environnement : « Ce rapport propose une nouvelle stratégie pour lutter contre la perte de la biodiversité dont la course s’accélère dangereusement. Il nous rappelle combien nos systèmes et notre avenir sont intimement liés à la préservation de notre capital naturel et génétique. Il met en exergue combien notre futur développement économique est lié à notre capacité à préserver notre biodiversité. »

Sandrine Bélier, second rapporteur d’ajouter : « Je me réjouis que nos demandes clés aient été reprises. L’adoption du développement de financements innovants et la suppression des subventions publiques néfastes à l’environnement sont des avancées majeures. De plus, notre rapport reconnaît que l’accent doit prioritairement être mis sur l’intégration de la biodiversité dans l’ensemble des politiques sectorielles, notamment en matière de politiques agricole et de pêche. »

Et Sandrine Bélier de conclure : « C’est maintenant qu’il faut agir car nos actions se mesureront bien avant 2020 : je pense bien sûr aux réformes de la PAC et de la PCP. C’est parce que nous devons tirer les leçons des erreurs passées et nous tourner vers l’avenir, et au-delà de l’Europe, que nous devons nous inscrire dans la perspective du prochain Sommet de la Terre à Rio en juin 2020. Ce rapport est une des étapes clé de notre détermination et du rôle de l’UE à prendre le leadership pour réussir là où hier nous avons échoué. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*