Liberté d’expression : le saoudien Raif Badawi reçoit le Prix Sakharov

29 octobre 2015
Le Prix Sakharov 2015 pour la liberté de l’esprit a été décerné au blogueur saoudien Raif Badawi. Pour les Verts européens qui l’avaient nominé, c’est la reconnaissance de son rôle dans la promotion du débat social et politique en Arabie Saoudite mais également un message aux Etats européens qui ferment les yeux sur les violations des droits humains en Arabie Saoudite.
 
Pour la Présidente du groupe Verts-ALE, Rebecca HARMS:

« En décernant le Prix Sakharov au Saoudien Raif Badawi, le Parlement européen reconnaît à sa juste valeur son rôle dans la promotion du débat public en Arabie Saoudite. Nous demandons aux autorités saoudiennes de prendre sérieusement en considération ce signal fort du Parlement européen. En proposant cette année Raif Badawi, le groupe des Verts-ALE a voulu saluer l’importance de son action pour la liberté d’expression. Nous voulons également attirer l’attention sur la gravité des violations des droits de l’homme en Arabie Saoudite et exercer une pression politique sur le régime afin de libérer Badawi et les autres militants emprisonnés. Sachant que Badawi devrait endurer une peine de flagellation, ce soutien européen devrait favoriser un changement de la donne. »

Pour le Président du groupe Verts-ALE, Philippe LAMBERTS:

« Au-delà de la reconnaissance du combat de Raif Badawi afin de promouvoir le débat politique et social en Arabie Saoudite, la décision du Parlement européen de lui octroyer le Prix Sakharov est également un appel en faveur de la liberté d’expression directement adressé aux dirigeants de l’Arabie Saoudite. Enfin, il s’agit d’un signal clair en direction de l’UE et de ses États membres pour briser le silence complice sur les violations graves des droits humains et la répression à l’oeuvre dans le pays. L’UE doit intervenir pour renforcer la société civile saoudienne et interpeler le gouvernement pour autoriser les visites des prisonniers ainsi que l’accès aux procès. L’UE a pour mission de promouvoir les droits humains sans exception. Les intérêts géopolitiques et commerciaux ne peuvent en aucun cas servir de prétexte pour fermer les yeux sur les abus et atteintes aux droits fondamentaux. »

(1) Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*