Encore une bonne année pour la déforestation ?

Interpellés par des citoyens sur la question de la préservation des forêts en Europe, et particulièrement en Roumanie qui abrite la plus grande superficie de forêts vierges d’Europe, Yannick Jadot et Sandrine Bélier, eurodéputés EELV, viennent de recevoir une réponse de la part de la Commission européenne. Elle s’engage à rester vigilante et demande des comptes aux Etats-membres compétents en matière de protection des zones forestières.
Coupes illégales de bois, projets immobiliers sauvages, incendies… les menaces qui pèsent contre les forêts d’Europe sont nombreuses. Alors que l’année internationale de la forêt vient de s’achever, les écologistes européens ont reçu une réponse écrite de la part de la Commission européenne. C’est elle, la « gardienne des traités », que les élus EELV ont souhaité interpeller pour relayer les inquiétudes citoyennes qui leur parviennent sur cette thématique.

Sollicitée sur l’importance donnée à la politique forestière dans les lois communes aux 27 Etats-membres, la Commission précise qu’il n’existe pas de « disposition spécifique concernant la politique forestière dans les traités ». Le contenu des programmes forestiers nationaux et la manière dont ils contribuent à la préservation des zones boisées relèvent donc de la seule compétence des Etats-membres. Ces derniers ont néanmoins mis en place une « stratégie commune » qui met l’accent sur « les programmes forestiers nationaux ou des outils équivalents en tant qu’instruments de base pour la gestion et la protection des forêts. »

Il s’agit par exemple des sites Natura 2000 qui doivent être gérés de manière à ce que « les espèces et les habitats d’importance européenne à l’origine de la désignation du site soient maintenus ou rétablis dans un état de conservation favorable au niveau biogéographique correspondant ». Il appartient encore une fois aux Etats-membres de définir les objectifs et les mesures de conservation des sites, qui varieront selon la situation spécifique. Ils peuvent aller d’une protection totale à (dans la plupart des cas) une gestion durable des forêts assortie d’adaptations mineures.

Interrogée plus particulièrement sur le cas de Roumanie qui abrite la plus grande superficie de forêts vierges d’Europe, et où la coupe illégale fait rage, la Commission européenne explique qu’elle n’a reçu aucune plainte « en ce qui concerne la déforestation des sites Natura 2000 dans le pays ». « Toutefois, précise-t-elle, une première analyse de la pétition concernée révèle qu’au moins une des zones de déboisement (Obarsia Lotrolui dans le département de Valcea) est située à la limite d’un site Natura 2000. »

La Commission reste disposée à réévaluer la situation si des informations supplémentaires lui sont communiquées. Elle s’engage enfin à demander de plus amples informations aux autorités roumaines concernant la pétition n° 754/2009 relative à la déforestation massive dans les Carpates et la perte en sols qui en résulte en raison de l’érosion.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*