Instaurer un embargo sur les ventes d’armes à la Russie

5 juin 2014
Les Chefs d’État et de gouvernement des pays membres du G7 sont réunis à Bruxelles pour discuter notamment de la crise ukrainienne. Ils ont adopté hier une résolution dans laquelle ils menacent la Russie de nouvelles sanctions si elle ne s’engage pas dans la voie de la désescalade en Ukraine.
Au Parlement européen, Yannick JADOT, eurodéputé EELV du Grand Ouest rappelle:

 » Les écologistes se sont prononcés à de nombreuses reprises contre la livraison à la Russie de ces navires Mistral équipés des dernières technologies en matière de communication. Alors que la Russie orchestre une guerre civile à nos frontières en Ukraine, il serait irresponsable de poursuivre une coopération militaire de cette envergure avec le régime de Poutine. C’est pourquoi nous demandons à l’Union européenne de mettre en place un embargo sur les armes livrées aux Russes incluant aussi les deux navires Mistral en cours de construction à Saint-Nazaire.

Nous demandons au gouvernement français que ces deux navires constituent la contribution de la France à une politique de défense commune que nous appelons de nos vœux. Ces navires pourraient renforcer les capacités européennes de maintien de la paix, d’opérations de surveillance ou humanitaire. »

Rebecca Harms, co-Présidente du groupe des Verts/ALE, déclare quant à elle,

 » La politique choisie par le G7 et l’UE face à la Russie est vouée à l’échec si les États, notamment la France et l’Allemagne, ne sont pas prêts à cesser immédiatement les exportations d’armement à destination de la Russie. Ce contrat de 1,2 milliards d’euros, qui livre des armes particulièrement offensives, est irresponsable, contraire à notre défense européenne.

Le premier des deux navires Mistral, porteurs d’hélicoptères, sera livré dès le mois de novembre à la Russie. Mais la Russie détient également une licence qui lui octroie la construction de deux autres navires. Ces quatre navires supplémentaires transformeront la marine Russe -jusqu’ici en déclin, en une machine beaucoup plus puissante. Situation particulièrement paradoxale puisque de son côté, l’OTAN et en particulier les États-Unis, veulent armer les pays d’Europe centrale et orientale qui pourraient se sentir menacés par les navires Mistral. Ces pays devraient recevoir prochainement une aide d’un montant d’un milliard de dollars. En outre, le Secrétaire général de l’OTAN est favorable à une augmentation des budgets de défense nationaux.

Ceci ne contribuera en rien à la résolution du conflit ukrainien. Cela illustre grossièrement la part de responsabilité de chaque partie. Il faut mettre un terme à cette spirale; la France doit renoncer à ses livraisons et l’UE doit mettre en place un embargo sur les ventes d’armes à la Russie. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*