Evasion fiscale : la Commission s’attaque enfin aux intermédiaires

21 juin 2017
Déclaration d’Eva JOLY suite à la nouvelle proposition de la Commission européenne visant les intermédiaires (banques, comptables, cabinets d’avocats, etc.) dont le rôle central dans les récents scandales d’évasion fiscale est largement démontré.
 
Eva JOLY, vice-Présidente de la Commission d’enquête sur les Panama Papers :
« Nous nous félicitons de la proposition de la Commission qui permet de couvrir tous les intermédiaires impliqués dans la prestation de conseils fiscaux, quelle que soit leur profession, ainsi qu’un large éventail d’arrangements transfrontaliers. Une législation qui va même plus loin que l’OCDE puisqu’elle se veut contraignante pour les États membres de l’UE.

En étant quasi-immédiatement informées des montages fiscaux, les autorités nationales pourront réagir plus rapidement contre les pratiques frauduleuses et réduire ainsi les montants exorbitants qui échappent chaque année à l’impôt.
Nous exhortons les États à soutenir cette directive importante qui aurait pu être encore plus ambitieuse si elle avait par exemple prévu d’obliger les experts comptables à signaler les arrangements fiscaux suspects découverts au moment d’approuver les comptes de leurs clients.

Par ailleurs, une augmentation des ressources et des postes dans les administrations fiscales est indispensable, d’autant qu’avec l’échange automatique d’informations, celles-ci vont devoir gérer encore davantage de données qu’aujourd’hui. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*