Les eurodéputés s’inquiètent de l’escalade de violences et demandent une enquête indépendante après l’attentat d’Ankara

15 octobre 2015
A l’initiative des Verts/ALE, plus de 50 eurodéputés de différents groupes politiques ont adressé un courrier au Premier ministre turc Davuto?lu réclamant une enquête véritablement indépendante suite à l’attentat qui a visé une manifestation pacifiste à Ankara le 10 octobre 2015.
La situation politique en Turquie est de plus en plus préoccupante. L’attentat d’Ankara qui a coûté la vie à au moins 97 personnes le 10 octobre 2015 a augmenté encore d’un cran le niveau des tensions au sein de la société turque à quelques jours seulement d’un scrutin essentiel pour l’avenir du pays. Plusieurs eurodéputés de différents groupes politiques s’inquiètent de ces développements qui menacent l’évolution de la Turquie en matière de paix et de stabilité, de respect de l’état de droit et des droits fondamentaux.

Les eurodéputés condamnent l’atrocité de ces événements, et demandent au gouvernement turc de faire toute la lumière sur ces attentats, en garantissant l’indépendance et l’impartialité de l’enquête. Ils s’inquiètent également de la censure des médias et de la fermeture des réseaux sociaux comme réponse immédiate aux attentats.

L’Union européenne ne peut pas fermer les yeux sur ce qui se passe en Turquie. Elle a un rôle primordial à jouer pour s’assurer de la reprise du processus de paix avec les Kurdes, étape primordiale pour l’apaisement dans le pays et la région. Nous appelons tous les leaders européens qui se rendront en Turquie dans les prochaines semaines, comme Angela Merkel le fera dans quelques jours, à rencontrer les leaders de l’opposition, et notamment ceux du HDP qui a été la cible de nombreuses violences et répressions ces dernières semaines. L’UE doit également rappeler l’importance de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en Turquie, et appeler le gouvernement turc à arrêter immédiatement toute forme de censure et d’intimidation envers les médias.

Alors que l’UE et les États membres viennent de signer un accord avec la Turquie visant à davantage coopérer dans la gestion de la crise des réfugiés, nous ne pouvons abaisser nos exigences envers la Turquie. A quelques jours d’élections cruciales pour l’avenir du pays, la garantie de la sécurité et des droits fondamentaux de tous les citoyens turcs est la condition fondamentale du maintien de l’état de droit dans ce pays.

Lisez l’intégralité du courrier des eurodéputés au Premier ministre Davuto?lu, en anglais ici.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*