Lutter contre l’obsolescence programmée: l’Europe doit prendre l’initiative

17 octobre 2014
Il y a un an jour pour jour, le Conseil Économique et Social Européen adoptait à l’unanimité un avis relatif à la consommation et la production durables, préconisant notamment l’interdiction des produits à défectuosité programmée.
Aujourd’hui se tient au CESE à Bruxelles une conférence exceptionnelle d’une journée réunissant l’ensemble des parties-prenantes sur la thématique de l’obsolescence programmée.

Pour le député écologiste européen Pascal Durand, qui ouvrira la conférence aux côtés du président du CESE Henri Malosse:

« Alors qu’un Européen consomme en moyenne 43 kg de ressources par jour et que l’Europe génère 10 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques par an, la lutte contre l’obsolescence programmée doit devenir une priorité européenne. Augmenter la durée de vie des produits aurait de nombreux avantages: une moindre consommation de ressources, une stimulation de l’emploi dans le secteur de la réparation, une compétitivité accrue des entreprises européennes face à la concurrence internationale et une confiance retrouvée des consommateurs.

Au-delà d’un dialogue régulier entre tous les acteurs concernés: syndicats, industriels, ONG, experts et institutions publiques, il est par ailleurs urgent que la Commission européenne se saisisse de cette question primordiale pour la transition vers un mode de production et de consommation durable.

Je souhaite que le Parlement européen joue un rôle moteur dans la réglementation de la durée de vie des produits, et porterai donc prochainement un rapport d’initiative à ce sujet au sein de la Commission Marché Intérieur et Protection des Consommateurs. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*