Eva Joly à Rio pour un « tribunal éthique »

22 juin 2012
Dans un article paru sur le Figaro.fr, Eva Joly explique son engagement de défendre, à Rio, l’idée d’un « tribunal international éthique » et celle d’un système international de défense des militants de l’environnement. Article paru le 22 juin 2012.
La députée européenne Eva Joly, candidate EELV à l’élection présidentielle, est venue défendre à la conférence sur le développement durable Rio+20 l’idée d’un « tribunal international éthique » et celle d’un système international de défense des militants de l’environnement.

Ce tribunal éthique, « symbolique« , est une idée soutenue par le philosophe Edgard Morin et par le sénateur brésilien Cristovam Buarque, a-t-elle indiqué. « Sur le modèle du tribunal Russell, qui avait fait beaucoup pour arrêter la guerre au Vietnam, il s’attaquera aux crimes contre l’environnement« , indique la députée européenne.

Présidente de la commission développement, elle estime par ailleurs qu’il y a besoin « d’un système international de défense des militants de l’environnement« . Selon Eva Joly, il y cinq personnes détenues au Pakistan depuis août 2011 pour avoir dénoncé des violences à la suite des inondations dans la vallée de Hunza, d’autres aussi en Russie, des militants emprisonnés dans l’Etat de Para, au Brésil, où est édifié l’immense barrage de Belo Monte. « Il faut monter une veille et assurer leur défense, je voudrais lancer ça cet automne« , indique Eva Joly.

Elle a par ailleurs estimé que le texte sur lequel les 191 pays de l’Onu se sont mis d’accord, dont la ratification devrait clore vendredi Rio+20, est « insuffisant« . « Il y a un contraste entre l’urgence de la situation écologique et le peu d’enthousiasme des Etats à modifier leur comportement« , a-t-elle souligné. Elle note encore « la lourdeur de cette façon de faire« , estimant que ce n’est pas « par les Etats, obnubilés par le court terme, qu’on va y arriver« . « C’est au niveau de la commune, des collectivités locales, qu’on peut mettre en oeuvre des politiques« , dit-elle. « On a épuisé le modèle, il faut trouver de nouvelles façons de nous battre« .

Lire l’Article sur le Figaro.fr

Partager cet article

Un commentaire

  •  - 

    L’idée est excellente !!
    Personnellement, j’irai même plus loin, en créant un instance égale à la Cour pénale internationale (CPI / ICC)) voir, en incluant dans instance un tribunal de l’environnement pour traduire en justice un pays, une entreprise, un homme qui ne respecte pas notre terre.

    Pour moi, celui qui pollue volontairement où qui ne met pas des moyens de protection pour l’environnement et la protection de ses employés est un criminel.

    Les belles phrases d’intention ne suffisent plus, il faut frapper plus loin et marquer le coup …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*