Réunion des Ministres de l’intérieur: renforcer le processus de Khartoum serait une erreur

9 novembre 2015
Trois réunions sont prévues cette semaine sur la crise des réfugiés. Les gouvernements européens doivent s’engager concrètement pour assurer une répartition équitable des réfugiés et proposer des solutions durables permettant d’agir sur les causes des migrations.
 
Pour Eva JOLY, membre Verts-ALE de la Commission justice et affaires intérieures :

 » Alors que les sommets s’enchaînent, des gens meurent chaque jour aux frontières de l’Union européenne incapable d’organiser des voies légales d’accès au continent. Avec l’hiver qui approche, le bilan risque d’être encore plus lourd si les gouvernements européens s’obstinent à ne pas assumer leurs responsabilités afin d’accélérer le processus terriblement lent de relocalisation des réfugiés.

De plus, s’ils veulent vraiment retrouver le contrôle de leurs frontières, les États devront nécessairement s’attaquer aux crises qui poussent les gens à fuir leur pays.
Le sommet à La Valette ne peut consister à renforcer le processus de Khartoum. L’UE et, plus particulièrement, certains de ses membres, s’obstinent dans la militarisation de leurs frontières et les accords douteux avec des dirigeants autoritaires. L’exploitation et le trafic de migrants ne cesseront pas en sous-traitant nos frontières aux autres ou en lançant des opérations militaires périlleuses contre les passeurs. L’ouverture de voies légales et sûres pour la migration, à la fois pour les migrants et les réfugiés, est une nécessité. Et il va également falloir repenser nos politiques, notamment, commerciales, agricoles et de développement afin de favoriser l’essor de régions qui, quand elles ne sont pas dévastées par des guerres, le sont d’un point de vue économique.
« 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*