Non classé

Samedi 19 octobre : de nouvelles initiatives pour l’Europe à la BNF

17 octobre 2013

En 2009, les écologistes avaient su convaincre que le niveau européen était l’échelon pertinent pour résoudre les multiples crises – financière, économique, sociale, environnementale, alimentaire, énergétique, entre autres – que nous subissons de plein fouet. Or ces quatre dernières années, l’immobilisme et l’irresponsabilité des gouvernements au sein du Conseil européen, en majorité libéraux et conservateurs, ont malheureusement tué dans l’œuf toute vision ambitieuse d’une solution européenne pour sortir de cette crise.

Pire, l’espoir d’un changement qui avait soufflé après l’élection du gouvernement socialiste et écologiste en France en mai 2012 semble aujourd’hui déçu. Les marchés financiers s’apaisent, l’illusion d’une croissance retrouvée nous aveugle, et la gestion de la crise de la zone euro par Angela Merkel est plébiscitée par les Allemands. Doit-on se résigner au statut quo ou plutôt prendre de la hauteur pour réfléchir ensemble au nouveau modèle de prospérité que nous souhaitons offrir aux Européens ?

A quelques mois des élections européennes, dont l’issue déterminera également le renouvellement de la Commission européenne, la gauche et les écologistes en France ne doivent pas avoir l’Europe timide. Ne nous laissons pas enfermer par les débats de politique nationale et les doubles discours, qui consistent à toujours critiquer l’Europe pour ce qu’elle n’est pas et à ne jamais évoquer ce qu’elle apporte concrètement aux citoyens. A Bruxelles, à Strasbourg, en région et dans le monde, l’Europe nous la construisons au jour le jour.

Prendre de la hauteur, c’est réfléchir ensemble à une nouvelle prospérité qui dépasse le dogme de la croissance pour réconcilier les pays du Sud de l’Europe, touchés par une décroissance subie aux conséquences sociales désastreuses, et les pays d’Europe du Nord, qui ne jurent que par un hypothétique retour de la croissance en Europe, négligeant la montée des inégalités sociales et des désastres environnementaux. C’est prendre le temps de démontrer à l’ensemble des Européens que le repli national n’est pas la solution si nous voulons promouvoir la transition écologique et lutter efficacement contre les dérives d’une globalisation financière hors de tout contrôle démocratique. C’est au contraire en engageant les mobilisations au niveau européen que nous arriverons à changer les règles du jeu mondial.

– Accédez au programme complet en cliquant sur ce lien : De l’austérité à une nouvelle prospérité : quelles initiatives pour l’Europe ?

– Entrée libre (voir le plan d’accès au Belvédère de la Bibliothèque nationale de France), réservation conseillée à l’adresse mail suivante : contact(arobase)europeecologie.eu

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*