Sulfoxaflor : Oui, les écologistes restent mobilisés contre les pesticides néonicotinoïdes

23 novembre 2015
On peut lire beaucoup de choses à propos du vote de la Commission Environnement et Santé Publique (ENVI) du Parlement européen sur le Sufloxaflor, certaines sont approximatives, d’autres erronées voire mensongères. Le devoir de vérité et la volonté de mettre un frein à la désinformation poussent les écologistes à vous détailler les aspects techniques et institutionnels complexes d’une bataille politique…compliquée.
– S’agissait-t-il d’interdire la commercialisation du Sufloxaflor?
Non. Il s’agissait de s’opposer à une mesure d’exécution fixant les valeurs résiduelles maximum du Sufloxaflor dans la nourriture et les aliments pour animaux. Il ne s’agissait donc pas de s’opposer à sa commercialisation, mais à rendre dans les faits impossible (ou du moins très difficile) d’utiliser le Sufloxaflor.

– Le Parlement européen vote-t-il sur la commercialisation de chaque pesticide autorisé dans l’UE?
Non, cette décision revient au Conseil, sur proposition de la Commission et après avis de l’Agence européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA). Mais, les députés européens ont la possibilité de s’opposer à une telle autorisation dans un délai de 2 mois après la publication de l’acte, par un vote à la majorité qualifiée en plénière.

– Pourquoi le Parlement ne s’est-il pas opposé à la commercialisation du Sufloxaflor?
L’autorisation de commercialisation du Sufloxaflor dans l’UE a été adoptée en juillet 2015. Le Parlement européen avait donc en théorie jusqu’à début septembre pour s’y opposer. Aucune demande d’objection n’a été déposée au Parlement européen. Dans les faits, il faut comprendre que les députés européens reçoivent chaque année plus de 2000 textes techniques de cette sorte, et disposent de délais très courts pour les étudier et éventuellement s’y opposer. Il ne s’agit pas de textes législatifs ordinaires, avec possibilité d’amendements, débats et votes en commission puis en plénière. Il s’agit de mesures techniques qui découlent de l’exécution de la loi européenne. Les députés européens sont malheureusement assez mal équipés (manque de personnel, d’information, etc.) pour contrôler l’ensemble de ces mesures d’exécution, dont la grande majorité sont néanmoins peu problématiques. Nous le faisons au cas par cas, comme nous l’avons encore fait récemment pour s’opposer à la commercialisation du maïs OGM Monsanto NK603 (en attente du vote au Parlement européen).

– Les écologistes soutiennent-ils la commercialisation du Sufloxaflor, ou de toute autre pesticide néonicotinoïde?
Evidemment non! Les écologistes ont été parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme sur l’effet dévastateur de ces pesticides néonicotinoïdes, notamment sur les abeilles. Nous avions même réussi à obtenir en 2013 la suspension immédiate de trois pesticides néonicotinoïdes. Notre groupe à l’Assemblée nationale a par ailleurs réussi à faire voter l’interdiction totale des néonicotinoïdes à partir de 2016… mais ça bloque encore au Sénat!

– Que va-t-il se passer maintenant?
L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de confirmer nos doutes sur l’effet dévastateur des néonicotinoïdes sur les abeilles. La Commission européenne devrait bientôt être amenée à se prononcer sur cet avis, et à ré-évaluer sa décision de 2013 de suspendre temporairement 3 pesticides néonicotinoïdes. À cette occasion, nous soutiendrons évidemment l’interdiction totale des néonicotinoïdes en Europe (y compris du Sulfoxaflor qui n’est aujourd’hui pas reconnu officiellement comme un néonicotinoïde par l’UE), comme nous l’avons défendu à l’Assemblée nationale pour la France.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*