Monsanto Papers : L’EFSA est discréditée, son directeur doit démissionner

27 septembre 2017

À la veille de la décision des États membres de renouveler ou pas l’autorisation du glyphosate, prévue début octobre, les révélations n’en finissent plus de jeter le doute sur la validité des études ayant jusqu’ici validé le caractère inoffensif de ce désherbant pour les humains et et les écosystèmes. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est notamment mise en cause.

L’autorisation du glyphosate expirera le 31 décembre prochain. Une décision des États membres réunis au sein d’un comité d’experts est attendue pour le 5 ou 6 octobre.

En mars 2015, l’agence spécialisée de l’OMS pour la recherche sur le cancer (CIRC) alertait sur les risques cancérogènes du glyphosate quand les Autorités européennes de sécurité des aliments (EFSA) et celle des produits chimiques (ECHA) se prononçaient sur son innocuité. Sur base de cet avis, en dépit du principe de précaution, la Commission européenne propose le renouvellement de l’autorisation de cette substance pour 10 ans.

Les Monsanto Papers ont corroboré les doutes sérieux du groupe Verts-ALE sur l’objectivité du travail de l’EFSA – Une plainte relative à l’accès aux documents a par ailleurs été déposée en en juin 2017 (1).

La déclassification de documents internes à Monsanto dans le cadre du procès des personnes atteintes d’un cancer du sang qu’elles attribuent à leur exposition au glyphosate a montré les manipulations opérées par la firme agrochimique et son immixtion directe dans le travail d’agences censées être indépendantes.

Le 11 octobre prochain, aura lieu une audition des Commissions Environnement et Agriculture du parlement européen sur les « Monsanto papers et le glysophate ». Monsanto a décliné l’invitation.

Pour rappel, la Commission européenne a ouvert en août une enquête afin d’évaluer le projet d’acquisition de Monsanto par Bayer au regard du règlement relatif aux concentrations. Sa décision est attendue pour janvier 2018.

Déclaration de Michèle RIVASI, membre de la Commission santé et environnement :

« Les Monsanto Papers ont discrédité le travail de l’EFSA. Le rôle de cette agence pour la protection de l’environnement et la santé des citoyens est beaucoup trop important pour tolérer des irrégularités de cette ampleur! Son indépendance est remise en cause et nous demandons la démission de son directeur.

Par ailleurs, le règlement intérieur des agences a besoin d’une réforme pour garantir un travail réellement scientifique qui n’est possible que si les études sont publiques.

La collusion d’intérêts dont pâtissent les évaluations sur le glyphosate est d’autant plus grave qu’elle déstabilise les scientifiques dans leur travail, certains d’entre eux étant victimes d’intimidation.

La recherche scientifique et le droit à l’information sont directement atteints. Un travail d’enquête s’impose afin de rétablir la vérité dans ce débat. »

(1) Après des mois d’échanges infructueux avec l’EFSA pour accéder aux documents utilisés pour rendre son avis, les députés du groupe Verts-ALE ont déposé, en juin 2017,  une plainte auprès de la Cour de justice de l’UE : http://extranet.greens-efa-service.eu/public/media/file/1/5199

Partager cet article

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*