Montagne d’Or : une conférence pour intensifier la mobilisation

29 juin 2018

Le 27 juin à Paris, Yannick JADOT organisait une conférence-débat sur la Guyane et la Montagne d’or avec des ONG, les porte-paroles de la Jeunesse autochtone guyanaise, Alexis Tiouka, juriste des peuples autochtones, et Lambert Wilson.

Depuis le 3 avril dernier, la Guyane vit au rythme d’un débat public sur le projet de mine de la Montagne d’or, qui la divise. Deux mille hectares de forêt tropicale disparaîtraient ainsi sous les coups conjugués de 57 000 tonnes d’explosifs et de 46 500 tonnes de cyanure. Une prédation et une pollution dénoncées par une série d’élu.e.s, d’associations et de citoyen.ne.s.

Lors d’un déplacement en Guyane début juin à l’invitation de Guyane Écologie, la branche locale d’Europe Écologie, Yannick Jadot a rencontré de nombreux acteurs de la lutte contre le projet de mine de la Montagne d’Or. Parmi ceux-ci se trouvent les Amérindiens.

Si la mobilisation contre la Montagne d’Or traverse maintenant toute la société guyanaise, les Amérindiens ont été précurseurs de la mobilisation car ce projet touche un territoire qui leur est particulièrement cher. Afin de sensibiliser les français de métropole à ce projet dévastateur, Yannick Jadot a invité Alexis Tiouka, juriste amérindien, et Amandine Galima et Christophe Pierre les deux co porte-paroles de la Jeunesse Autochtone de Guyane à une conférence organisée mercredi 27 juin à Paris. De nombreuses ONG dont Greenpeace, France Liberté et Nature Rights étaient présentes, ainsi que Lambert Wilson et une partie de l’équipe de la série Guyane.

Cette conférence a aussi permis que de nombreux médias parlent de ce projet fou.

Voir la vidéo de la conférence.

Comprendre le projet et découvrir les pistes de développement économique alternatif proposé par le collectif Or de question (voir leur site).

Quelques liens médias (Ouest France, RTL, Konbini, France Info)

L’arrivée à l’aéroport.

La salle. De gauche à droite Marine Calmet (Nature Rights), Marion Veber (Fondation France Libertés), Amandine Galima et Christophe Pierre (co portes-parole des Jeunesse Autochtones de Guyane), Yannick Jadot, Alexis Tiouka (expert juridique amérindien) et Lambert Wilson

 

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.