Aide alimentaire : L’UE n’abandonne pas le soutien alimentaire aux plus démunis

8 février 2012
La commission de l’agriculture s’est prononcée en faveur d’un sursis de deux ans pour le programme européen d’aide alimentaire pour les nécessiteux. Ce régime de distribution profite actuellement à 18 millions de citoyens européens. Dans cette période de crise accrue où les demandeurs sont de plus en plus nombreux, José Bové se félicite de ce résultat. Reste à trouver une solution durable.
Institué en 1987 dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), le programme européen d’aide alimentaire fournit des denrées alimentaires gratuites au profit des citoyens les plus démunis de l’Union. Dix-huit millions de personnes souffrent de la pauvreté dans 20 États membres de l’Union.

Ces denrées alimentaires gratuites provenaient à l’origine des stocks d’intervention de la PAC. Ceux-ci ayant été réduits, le système est devenu dépendant des achats sur le marché. Avec la crise économique mondiale, le nombre de citoyens dans le besoin s’est aggravé. Le programme d’aide est devenu beaucoup plus lourd.

La Cour de justice de l’Union européenne en avril 2011 a jugé que le système pouvait uniquement avoir recours à des denrées alimentaires provenant des stocks d’intervention. En l’absence de mesures, le programme devait passer d’un financement de 500 millions d’euros, en 2011, à 133 millions en 2012. Les Verts/ALE avaient demandé une solution à court terme pour les personnes nécessitant une aide d’urgence. Pari gagné avec le vote de la commission de l’agriculture du Parlement européen : il y aura bien une modification de règlement sur le dispositif financier du programme et une somme de 500 millions par an pour 2012/2013 a été adoptée par les eurodéputés de la commission de l’agriculture du Parlement européen.

Selon José Bové, vice-président de la commission de l’agriculture
« C’est une grande satisfaction de voir actée une solution pour les deux années à venir. Les associations pourront poursuivre leurs activités de soutien, particulièrement dans cette période de crise accrue où les demandeurs sont hélas de plus en plus nombreux.
Toutefois, les Verts au Parlement européen veilleront à ce que le nouveau dispositif, qui sera mis en place à partir de 2014, assure une meilleure cohésion sociale. Il est crucial d’avancer des mesures qui permettent aux plus démunis de sortir de la pauvreté en créant des systèmes de production durable et d’approvisionnement de proximité, tout en veillant à diminuer de façon très significative le gaspillage alimentaire.
La tendance actuelle des dirigeants européens à prôner toujours plus d’austérité n’est pas une réponse acceptable. Bien au contraire, ces politiques ne feront qu’aggraver la situation des plus démunis. »

L’approvisionnement de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin est résolu momentanément. Le vote en session plénière est prévu pour le 15 février à Strasbourg. D’autres négociations sont à venir pour réfléchir au programme après 2014.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*