Attentats : Quel monde voulons nous ?

25 novembre 2015
Devant le Parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg, Michèle RIVASI intervenait sur les récentes attaques à Paris et à Tunis. La Présidente de la délégation Europe Ecologie dénonce la multiplication des mesures symboliques tandis que la coordination et le renforcement des moyens financiers et humains, de même qu’une politique extérieure lucide et ferme vis-à-vis de Daesh et ses soutiens, risquent encore une fois de rester des promesses non tenues.
 
Intervention de Michèle RIVASI devant le Parlement européen, mercredi 25 novembre 2015 (seul le discours prononcé fait foi) :

Mme la Présidente,
Cher-es collègues,

Je remercie les expressions de solidarité exprimées par nos collègues aujourd’hui.

Nous partageons aujourd’hui le deuil des familles et des proches des victimes, la douleur et le choc des blessés. Nous partageons l’horreur qui a frappé les Français mais qu’ont également connue tant d’autres pays victimes de la barbarie, comme la Tunisie hier.

Je remercie pour leur travail dévoué et leurs efforts acharnés tous les services publics. Nous devons également saluer la solidarité dont ont fait preuve les citoyens qui ont prêté secours à de parfaits inconnus, qui ont ouvert leurs portes à ces étrangers qui cherchaient refuge dans le chaos.

Mais à entendre les prises de paroles dans cet hémicycle, beaucoup de réactions ne sont pas à la hauteur. J’ai honte de certaines réactions nauséabondes visant à utiliser ce drame à des fins politiciennes pour attaquer leurs adversaires politiques. Vous brandissez nos valeurs « liberté, égalité, fraternité » sans reconnaitre la solidarité qui les sous-tend, sans saisir le message humaniste d’une nation qui frappée par la haine a répondu par la tolérance.

Pour agir avec efficacité, interrogeons-nous sur le monde dans lequel nous vivons et que nous façonnons avec nos lois. La radicalité, la haine, les guerres ne naissent pas du néant, il y a un terreau fertile pour le djihadisme: les inégalités et l’oppression qui se font chaque jour plus fortes. Refusons une société dans laquelle certains désignent comme boucs émissaires ces réfugiés qui fuient des actes tout aussi insoutenables que les attaques du 13 novembre.

En guise de réponse, sur notre territoire, on veut nous enfumer à coup d’annonces aussi symboliques qu’inefficaces: déchéance de nationalité, mise en place d’un système européen de collecte des données des passages aériens (le PNR), multiplication des lois de surveillance généralisée.

Là est ma colère car on nous fait perdre un temps précieux à convaincre l’opinion publique que ces gadgets sécuritaires sont LA solution au risque terroriste.

Je n’aurai pas de mots assez durs contre le manque de coopération qui a permis à l’intolérable d’arriver. Déjà en janvier les chefs d’État et de gouvernement nous promettaient plus de coopération, de coordination entre services policiers et judiciaires. Pourtant dix mois plus tard, ils viennent nous répéter la même promesse alors même que nous avons la preuve que le partage d’informations entre la France, l’Allemagne et la Belgique aurait peut-être pu permettre d’éviter ce macabre vendredi 13.

Quelle ironie d’apprendre que c’est grâce à des États tiers que les autorités françaises ont pu retrouver les complices des terroristes. Dès lors, décloisonnons nos services de renseignement, partageons nos informations, européanisons la lutte contre le terrorisme! Luttons sérieusement contre le trafic d’armes et attaquons nous au financement illicite du terrorisme.

Soyons enfin lucides quant à notre politique extérieure. La France et les États européens ont trop longtemps entretenu des liaisons dangereuses avec le Qatar et l’Arabie Saoudite. Kamal Daoud soulignait « l’Arabie Aoudite n’est jamais qu’un Daesh qui a réussi ». Combien de vies, de droits et de valeurs avons-nous sacrifié sur l’autel de notre dépendance aux énergies fossiles, d’une manne financière qui asphyxie nos valeurs, notre santé et notre planète.

Face au non-respect des droits humains qui sont les valeurs essentielles de l’Europe, nous devons rester fermes. Comment pouvons-nous être conséquents si c’est l’incohérence qui guide nos actes?

A cet égard, j’aimerais que ceux prompts à taxer leurs adversaires politiques de laxistes, que ceux-là fassent preuve d’une position aussi ferme après avoir tant d’années marchandé nos valeurs humanistes avec les pétromonarchies du Golfe.

La COP21 sera l’occasion de tirer un trait sur ces ressources qui rendent nos gouvernements silencieux quand retentissent les cris assourdissants de Raif Badawi. L’obscurantisme religieux n’éteindra les lumières de la démocratie que lorsque nous aurons laissé nos adversaires nous battre à leur propre jeu.

Honte à ceux qui attisent la haine de l’autre en ce moment terrible. C’est exactement ce que cherche Daesh : nous diviser, attiser les tensions et créer les conditions nécessaires à la radicalisation de nos concitoyens…pour aboutir à une véritable guerre civile.

Un monde d’espoir et de justice est possible grâce à nous représentants des nations européennes : ne le condamnez pas, ne nous condamnez pas à poursuivre cette marche funeste… Pour les écologistes, il est clair que notre démocratie est leur cible, elle sera notre arme.

Intervention en vidéo:


Michèle Rivasi: "Notre démocratie est leur… par EurodeputesEE

Partager cet article

Un commentaire

  • emaille jean-louis dit:
     - 

    Cette déclaration gagnerait en clarté (et en force) si elle nommait clairement l’adversaire: l’idéologie islamiste, le fascisme islamiste. Les mesures dites » symboliques » ne sont pas inutiles il convient de rassurer et de montrer une volonté particulièrement défaillante depuis trop longtemps…les Verts n’ont-ils pas ,eux aussi ,trop longtemps « mis la poussière sous le tapis »?Les religions sont des constructions idéologiques qui ne méritent en soi aucun respect particulier; Staline était dans le communisme comme le fascisme islamiste est dans l’islam.Osons la clarification amis écologistes! pour le reste je suis en accord avec les propossitions de cette déclaration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*