Non classé

Biodiversité: Les trames verte et bleue voient rouge

18 juin 2010
Alors que l’Assemblée nationale avait voté en mai un dispositif qui prévoyait que «les infrastructures linéaires de l’Etat (notamment autoroutes et lignes à grande vitesse) soient compatibles» avec la trame verte et bleue, les parlementaires réunis en commission mixte paritaire viennent de revenir sur cette orientation législative. A l’origine de ce revirement, l’adoption d’un amendement disposant qu’il «n’apparaît pas opportun de prévoir un rapport de compatibilité entre les infrastructures linéaires de l’Etat et les schémas régionaux de cohérence écologique» que sont les trames verte et bleue.

Pour Sandrine Bélier, eurodéputée Europe Ecologie membre de la commission Environnement du Parlement européen: «Ce vote est juste affligeant en cette année internationale de la biodiversité. L’adoption de cet amendement vide de son sens cet outil de lutte contre la perte de la biodiversité et nous prive d’une politique cohérente et efficace pour répondre à ce défi. Cette décision est révélatrice d’une résistance au changement de paradigme de développement au détriment de la préservation de notre patrimoine naturel alors que nous avons aujourd’hui besoin de politiques transversales, cohérentes et innovantes».

Et l’eurodéputée négociatrice du Grenelle de conclure: «Alors que l’ensemble des baromètres environnementaux sont au rouge, ce compromis est révélateur de l’irresponsabilité d’une part de la classe politique française. Nous ne pouvons plus nous permettre d’opposer les politiques publiques entre elles. Il y a urgence à adopter une approche intégrée conciliant développement économique, aménagement du territoire et impératif environnemental dans l’esprit du Grenelle».

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.