Des mines de charbon sous perfusion encore quelques années

23 novembre 2010
Le Parlement européen souhaite que les mines de charbon non compétitives soient subventionnées par des aides d’Etat jusqu’en 2018 pour faciliter leur fermeture. Les écologistes voient cette décision d’un mauvais œil : elle ne fait que retarder la transition nécessaire vers une économie verte génératrice d’emplois.
Soucieuse de respecter les règles de la concurrence, la Commission européenne a proposé la fermeture des unités de production de charbon non compétitives en 2014 – avec au delà de cette date, des aides publiques autorisées uniquement pour assurer une transition sociale et environnementale. Mais le Parlement européen l’a désavoué ce mardi 23 novembre lors du vote d’une résolution qui préconise, au contraire, la continuité des aides d’Etat aux mines sous perfusion jusqu’en 2018. « Ce vote est en contradiction avec les intérêts économiques, énergétiques et climatiques de l’UE. En pleine crise budgétaire, subventionner encore huit ans des mines non compétitives, qui produisent seulement 5 % de l’électricité européenne, serait un gaspillage choquant de plusieurs milliards d’euros », ont regretté les eurodéputés écologistes.

Le 10 décembre 2010, le Conseil (réunissant les Etats-membres) devra se prononcer sur ce règlement qui viendra remplacer le précédent arrivant à expiration le 31 décembre : « La proposition d’origine doit être maintenue, s’insurge Yannick Jadot d’Europe Écologie. La pression du lobby du charbon est forte pour une relance de cette industrie en Europe, à coup de milliards d’euros d’argent public. Nous espérons que les Commissaires joueront collectif et défendront l’intérêt général européen. »

Le secteur génère environ 100 000 emplois et leur sauvegarde est au cœur des débats. Pour les écologistes, la protection du climat nécessite une plus grande sobriété énergétique. Mais cette transition à venir est aussi pourvoyeuse d’emplois « propres ». Exit les mines de charbon qui modifient le paysage et la structure du sol, contaminent l’eau et polluent l’air. Les énergies renouvelables doivent être développées afin de réduire les émissions de CO2 tout en favorisant l’émergence de nouveaux métiers. Ces efforts doivent être réalisées au plus vite pour aider, en priorité, les régions historiquement charbonnières où les industries minières ne sont plus compétitives comme en Pologne, en Allemagne, en Espagne, en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*