Eva Joly : « La Commission fait enfin le premier pas vers une taxe sur les transactions financières »

29 septembre 2011
Lors de son discours devant le Parlement européen à Strasbourg sur les priorités de l’Union, le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, s’est prononcé en faveur de l’instauration d’une taxe sur les transactions financières. Réaction d’Eva Joly
Présidente de la Commission développement et par ailleurs spécialiste des flux financiers, Eva Joly se félicite de cette déclaration : « Quinze ans ! Il aura fallu attendre quinze ans, une terrible crise économique et financière, la fragilisation de la zone euro et de ses institutions bancaires, l’appauvrissement grandissant des pays en développement, et les effets dévastateurs du changement climatique pour que la Commission européenne propose enfin d’instaurer une taxe sur les transactions financières au niveau européen comme nous le réclamons depuis des années. Le travail sans relâche des Verts au Parlement européen pour imposer textes après textes, votes après votes, cette taxe comme une nouvelle source de financement et comme moyen de réguler la spéculation porte enfin ses fruits.

La déclaration de Monsieur Barroso valide a posteriori des propositions que portent les écologistes depuis des années. Elle démontre que c’est de notre côté que se trouvent la capacité à anticiper les crises, l’innovation et les solutions d’avenir.

Tout n’est pourtant pas gagné ! Les Verts au Parlement européen appelaient de leurs vœux une taxe plus ambitieuse, avec des taux plus élevés et s’appliquant à l’ensemble des transactions financières. La proposition de Barroso n’est qu’un premier pas, encore insuffisant pour remettre les banques à leur place. C’est désormais aux Etats-Membres d’adopter formellement cette taxe et de prouver ainsi leur réelle volonté de réformer le système financier mondial. L’utilisation des revenus de cette taxe – estimés à 55 milliards d’Euros par an – mérite également notre extrême vigilance. Si la consolidation du budget européen fait désormais partie des options, nous ne pouvons oublier nos engagements initiaux envers les pays en développement, et la lutte contre le changement climatique. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*