Fin des quotas laitiers : le Parlement sans vision stratégique, ni politique

7 juillet 2015
Depuis la crise de 2009 du secteur laitier, la Commission européenne n’a toujours pas pris conscience de la situation dramatique des paysans et n’a fait que cautionner l’industrie dans sa fuite en avant vers les marchés d’exportation. José BOVE regrette que la majorité conservatrice du Parlement européen n’ait pas le courage politique d’exiger une révision radicale de la politique du lait en Europe pour réguler l’offre et la demande.

Pour José BOVE, membre Verts-ALE de la Commission de l’Agriculture:

« Le parlement européen vient d’adopter un rapport d’initiative sur la fin des quotas de lait et les conséquences pour le marché du lait. Ce rapport n’apporte aucune réponse aux besoins ni des paysans, ni des consommateurs. Le Parlement n’a pas eu le courage politique d’exiger une révision radicale de la politique du lait en Europe pour réguler l’offre et la demande.

Depuis la crise de 2009, la Commission européenne n’a toujours pas pris conscience de la situation dramatique des paysans. Elle n’a fait que cautionner l’industrie dans sa fuite en avant vers les marchés d’exportation.

Alors que le Parlement européen a fini de voter, le prix du lait continue à baisser en-dessous des coûts de production!

Le manque de courage politique du Commissaire Hogan et de volonté du Parlement vont entraîner une nouvelle élimination des producteurs les plus fragiles, une concentration de la production dans des fermes industrielles (de type 1000 vaches), un abandon des prairies permanentes et une alimentation des vaches de plus en plus hors-sol à base de soja OGM!

Dans l’intérêt à la fois des paysans, des consommateurs et des territoires ruraux, il faut reprendre le dossier à zéro et construire enfin une véritable politique laitière et agricole européenne.« 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*