Après la condamnation de Monsanto, José Bové veut « qu’on aille beaucoup plus vite » dans l’interdiction du glyphosate

12 août 2018

Dans cet entretien avec Franceinfo, l’eurodéputé demande qu’on arrête de vendre « ces produits de mort ».

Monsanto a été condamné, vendredi 10 août, à verser 289 millions de dollars (253 millions d’euros) à un jardinier américain tombé gravement malade après avoir utilisé deux de leurs désherbants. Dewayne Johnson est atteint d’un cancer incurable et un jury populaire de San Francisco a déclaré le géant des pesticides et herbicides responsable de sa maladie. Une décision qui relance le débat sur l’interdiction du glyphosate.

« Je voudrais qu’on aille beaucoup plus vite et beaucoup plus loin et qu’on annonce clairement une date d’interdiction de l’utilisation et de la vente de glyphosate sur le territoire français », réagit José Bové, eurodéputé Europe-Écologie Les Verts (EELV).

franceinfo : Que pensez-vous de cette condamnation ?

José Bové : Je me félicite de ce jugement comme tous les opposants à Monsanto, au Roundup et au glyphosate, parce que ce n’était pas gagné d’avance. Monsanto a tout fait pour faire traîner en longueur ce procès et heureusement qu’il y a eu la ténacité de ce jardinier américain. C’est une formidable victoire.

Monsanto fait appel de ce jugement. En France, le groupe a été condamné en 2012, mais le jugement a été cassé il y a un an. Monsanto a l’habitude de faire traîner les procédures ?

Cela fait des années que Monsanto sait que son produit est dangereux, ils ont essayé de la cacher, mais dans ce procès des preuves ont montré qu’ils savaient que le produit était dangereux. On a des industriels voyous qui savent que leurs produits sont dangereux pour la santé et la biodiversité, qui continuent à en faire le commerce et qui refusent d’assumer leurs responsabilités. Là, ils sont enfin pris la main dans le sac. Ce jugement va faire date, même si Monsanto a fait appel. Monsanto a refusé de venir devant une commission parlementaire en disant qu’il n’en avait rien à faire du Parlement européen.

Il y a 5 000 procès potentiels aux États-Unis contre Monsanto. Qu’attendez-vous maintenant ?

J’espère que les États et l’Union européenne vont prendre l’ensemble de la responsabilité de la situation. On a parlé en France d’arrêter le glyphosate dans trois ans. Après ce résultat, ce n’est pas dans trois ans, mais dans un an qu’il faut arrêter le glyphosate et qu’il n’y ait surtout aucune possibilité de dérogation. On voit bien les lobbys en train de dire que pour tel type de production ils ne peuvent pas se passer de glyphosate. C’est un mensonge éhonté. J’en appelle à la grande distribution en lui disant d’étiqueter les produits sans glyphosate. Il faut qu’il y ait une pression des citoyens, des paysans responsables pour qu’on arrête de vendre ces produits de mort…

L’entretien complet est à retrouver sur le site de Franceinfo.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.