François Alfonsi interpelle la Commission sur la protection contre les incendies

22 septembre 2009
Lors du débat sur les incendies de l’été 2009, mis à l’ordre du jour par la Commission, une motion a été déposée par Michail Tremopoulos et François Alfonsi au nom du groupe Vert/ALE. L’un et l’autre sont intervenus en séance pour expliciter certains points de leur motion. Voici l’intervention de François Alfonsi interrogeant Monsieur Dimas, Commissaire Européen en charge de l’environnement.
Monsieur le Commissaire Européen,

« Cet été la Corse a été victime de très graves incendies, comme la Sardaigne, la Catalogne, la Grèce, les Canaries et tant d’autres régions européennes. Pour toutes les populations sinistrées, notre groupe demande que soit garantie la solidarité européenne à travers la mise en œuvre du Fonds de Solidarité. Que compte faire la Commission à cet égard ?

Ce 23 juillet 2009 en Corse la canicule a été exceptionnelle : 44°C, un air très sec, un sirocco très fort. Dans un tel contexte, qui sera de plus en plus fréquent en raison du réchauffement climatique, les moyens locaux ont été débordés, alors que, les années précédentes, à la météo plus clémente, la Corse avait été épargnée.

La leçon est simple : quand surviennent de telles circonstances météo, circonstances que l’on sait prévoir et anticiper, il faut pouvoir compter sur le renfort d’une force européenne de protection civile, telle que préconisée par le rapport Barnier de 2006, pour permettre notamment d’attaquer les feux naissants avec des moyens aériens renforcés avant qu’ils ne dégénèrent.

Il faut donc aller bien au-delà du projet pilote que vous avez évoqué, Monsieur le Commissaire. Que compte faire la Commission pour mettre en place au plus vite une force de protection civile européenne qui réponde réellement au défi majeur qui est lancé aux Européens pour la protection de la nature, notamment pour lutter contre les feux en zone méditerranéenne ?

Est-il normal que le projet de budget 2010 ne prévoie rien pour cette force ? Avec José Bové, nous avons déposé un amendement en ce sens. Espérons que les grands groupes, comme le PPE de Monsieur Barnier, qui s’y sont opposés en commission, y souscriront désormais. »

Suite à cette intervention, Michel Barnier et Françoise Grossetête se sont rapprochés de François Alfonsi et ont promis de relancer le débat au sein de leur groupe sur cet amendement.

Selon la procédure, la Commission européenne y répondra dans un deuxième temps.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*