Intervention sur la situation des Touaregs au Mali

18 avril 2012
Lundi 17 avril, Catherine Ashton, vice Présidente de la Commission responsable du service de l’Action Extérieure de l’Union Européenne a présenté sa politique vis à vis de la situation au Mali au Parlement Européen. Une politique de fermeture entièrement alignée sur la position française qui consiste à ignorer totalement la situation du peuple touareg.
François Alfonsi s’est exprimé au nom du groupe Verts-ALE :

« Le peuple touareg vit une situation de peuple marginalisé sur l’ensemble de ses territoires. En Azawad, le territoire touareg du Mali, tous les engagements pris en leur faveur depuis 30 ans n’ont jamais été tenus. Aussi, le Mouvement National de Libération de l’Azawad se bat pour que le peuple touareg soit reconnu dans ses droits historiques et culturels. Tout cela me semble parfaitement légitime.
Pourtant, notamment au nom du risque islamiste terroriste qui existe dans cette région, il est question de prêter main forte aux militaires maliens pour réprimer le mouvement touareg. Tel semble être le sens du discours que [Catherine Ashton] a tenu.
Nous combattons cette option car le MLNA n’a aucun rapport, ni aucune affinité, avec le mouvement islamiste radical. Au contraire, les traditions amazigh du peuple touareg s’opposent aux principes de la charia et elles mettent en avant un droit coutumier beaucoup plus tolérant, notamment vis à vis de la condition des femmes.
Les populations touarègues, et le MLNA, seront de bien meilleurs remparts contre l’intégrisme que tous les régimes militaires placés sous perfusion occidentale.
Il faut engager le dialogue avec le MLNA pour arriver à une véritable stabilité dans cette région du monde. »


2012 17 04 MALI AZAWAD par EurodeputesEE

Dans sa réponse, Catherine Ashton a fait à nouveau une impasse totale sur la question des Touaregs. Manifestement, la diplomatie européenne, alignée sur la diplomatie française, fait du rétablissement d’un pouvoir central à Bamako, et de son renforcement, sa priorité, en promettant son soutien aux politiques répressives qui sont programmées pour reprendre le contrôle des territoires aujourd’hui tenus par le MLNA. Tout cela au nom d’une lutte contre l’islamisme radical auquel le mouvement touareg est étranger.

L’ALE a décidé de donner de l’écho à la cause de l’Azawad et des Touaregs. Dans un mois, une réunion sera organisée au Parlement Européen en présence d’une délégation de haut niveau du MLNA. Il est capital que la réalité soit popularisée pour infléchir la position de l’Exécutif européen.


Une partie de la délégation berbère présente au Parlement européen

Partager cet article

3 commentaires

  • Un français dit:
     - 

    Honorable Monsieur ALFONSI, ce que vous dites est tellement pertinent qu’il faudra rajouter que la France et l’Europe à défaut d’avoir une préoccupation pour le peuple de l’Azawad qui depuis un demi-siècle demande sont indépendance, devrait au moins appliquer le principe machiavélique des Etats qui consiste à ne considérer que ses intérêts. L’intérêt aujourd’hui de la France et de l’Europe c’est de faire barrière à l’immigration clandestine, à la drogue à l’extrémisme religieux et accéder aux immenses ressources que possède le sahara dans un deal gagnant-gagnant. Même dans la réalpolitique la plus cynique, l’Azawad reste et restera l’une des option les plus fiables pour l’Europe. Encore faut il le comprendre et en avoir le courage politique!

  • BELAID DIB dit:
     - 

    merci beaucoup pour votre intervention et soutien sur la situation de nos frères touaregs du mali et a la création de leurs pays LAZAWAD .CEST UNE INTERVENTION HISTORIQUE….MERCI BCP DE LA PART DE BELAID DIB ALGERIE

    • TOURE dit:
       - 

      Non et non, un responsable de haut niveau ne doit pas soutenir de telle initiative allant dans le sens de la division. Le Mali a tenu presque tous les engagement en faveur des regions du Nord vue les hostilites de ces regions. Les routes, les amenagements des terres pour la culture, barrage de taoussah, urbanisation des capitales regionales toutes sans exception. Le plus marrant dans cette histoire ce sont les touaregs qui constitutuent une minorite dans ces regions, les sonrai majoritaires, les peuls et arabes n`ont jamais ete pour la partition et ne sont pas avec ce mouvement. Moussa ag a beneficie d`une bourse de l`Etat peut il dire que l`etat n`a pas de concideration pour eux et l`integration massive de ce peuple dans l`administartion malienne, et les hautes fnctions, Ag hamani, Mohamed El Moctar, Zakiaoutou Halatine ont ete des ministres. Et si chaque se leve a revendiaquer quant est ce que on finira ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*