L’Arabie Saoudite existe en Europe : c’est la Pologne !

8 décembre 2015
Toujours en direct du Bourget où se poursuivent les négociations du Sommet Climat, Yannick JADOT se réjouit que des positionnements commencent à apparaître, même si pour l’instant, la politesse reste de mise. Un nouveau texte est en cours de rédaction, et devrait arriver demain matin (au plus tard). C’est à ce moment là que nous verrons clair dans le jeu de chacune des Parties. L’attitude de l’Union européenne étonne pourtant souligne le porte-parole Climat des Verts européens.
Après 24 heures de négociation des groupes de travail qui doivent trancher sur les options les plus délicates de l’accord, des positionnements commencent à apparaître, même si pour l’instant, la politesse reste de mise. Un nouveau texte est en cours de rédaction, et devrait arriver demain matin (au plus tard). C’est à ce moment là que nous verrons clair dans le jeu de chacune des Parties. L’attitude de l’Union européenne étonne. Elle est certes présente dans le jeu, mais non chef de file, paralysée par la volonté de garder une unité entre les 28 ministres, unité que menace une Pologne à la limite du déni climatique Trois points clés ici où elle doit absolument faire entendre sa voix et faire évoluer ses positions si elle veut participer à dynamiser la négociation:

(pdf 333.51Ko)

La révision des ambitions pré-2020

Ce sujet clé, traité sous ce qu’on appelle le « Workstream2 », a pour but de trouver des solutions pour réduire le fossé des émissions avant 2020, en rehaussant – avant la mise en vigueur de l’Accord de Paris- les engagements climatiques.

L’UE, pourtant très investie dans la question de la révision des engagements POST-2020, reste silencieuse sur ce sujet. Avec un accord de Paris qui conclurait au mieux sur un réchauffement de 3 degrés, il est essentiel d’engager une révision le plus tôt possible, en tout cas avant 2020. Paralysée notamment par la Pologne qui joue le jeu du « ceci n’est pas le mandat » et promet d’être sage jusqu’en 2016 si on ne rehausse pas les engagements européens, l’Union baisse la tête.

Un objectif renforcé de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre pour 2020

Justement, alors que nos émissions de gaz à effet de serre seront au-delà des engagements de 20% pour 2020 (déjà – 23% déjà en 2014), l’UE pourrait aisément annoncer -25% pour 2020 et participer à une dynamique de rehaussement des engagements à la COP.

Nommer ce qui doit être nommer : la décarbonisation

Autre enjeu essentiel : inscrire la décarbonisation des économies à l’horizon 2050 pour envoyer un signal fort aux investisseurs et acteurs économiques et faire le lien avec la campagne mondiale pour le désinvestissement. Même réponse du Commissaire Canete « ce n’est pas le mandat de la Commission européenne ». Là encore le rôle de l’UE est important tant la résistance des producteurs de pétrole est féroce.

——————

BREAKING NEWS – Taxe sur les transactions financières : Les 11 pays européens se sont réunis ce matin pour enterrer un peu plus la TTF qui devait réduire un peu la place de la finance folle et contribuer au financement de l’action climatique des pays du Sud. Las. Aucun accord. Il nous reste à espérer que les pétroliers n’auront pas la peau de la COP21 comme les banquiers ont eu celle de la TTF !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*