La « guerre de la banane » est finie mais à quel prix ?

3 février 2011
Les multinationales américaines installées en Amérique du Sud viennent de remporter la guerre qui les opposait à l’Union européenne dans le secteur de la banane. Les parlementaires ont signé la résolution autorisant la diminution progressive des droits de douane pour les exportateurs sud-américains. Pour Catherine Grèze, eurodéputée EELV, cet accord va renforcer la position de monopole de ces grandes entreprises, au détriment des petits producteurs.
Réunis en plénière le 3 février 2011, les eurodéputés ont finalement approuvé l’accord qui met fin au contentieux en cours devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis 1993. Il y a 18 ans, l’Europe qui est le plus grand importateur de bananes au monde, décide d’accorder un régime douanier préférentiel aux pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) leur permettant ainsi d’exporter des bananes sans droit de douane vers l’UE. Une situation que les multinationales américaines basées en Amérique latine – et elles soumises à un droit de douane – n’ont jamais cessé de dénoncer.

Les écologistes ont voté contre ce texte. S’il met fin à un différend de longue date, il ne répond absolument pas aux déséquilibres mondiaux. « Ces accords vont à l’encontre des intérêts notamment des pays ACP, des régions ultra-périphériques et de l’Equateur, dénonce Catherine Grèze. Encore une fois, ce seront les petits producteurs qui en pâtiront. » Pour Europe Ecologie – Les Verts au Parlement européen, il faut engager une réforme radicale des règles du commerce international pour ne plus donner la priorité aux productions tournées vers l’exportation. « Nous devons impérativement changer de modèle pour garantir la souveraineté alimentaire et le développement d’une production locale pour toutes et tous », poursuit Catherine Grèze.

Pour continuer à soutenir les petits producteurs dans les pays ACP et les régions ultra-périphériques de l’Union européenne et les aider à rester compétitifs face aux géants américains, la Commission européenne propose des mesures financières. Malheureusement, elles sont insuffisantes : « L’Union européenne doit non seulement s’engager à ce qu’une étude d’impact de ces accords soit réalisée mais surtout modifier en conséquence sa législation pour promouvoir des productions soutenables », conclut la députée EELV.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*