Le Printemps arabe, un an après

Le 17 décembre 2010, le jeune Mohamed Bouazizi s’immolait par le feu à Sidi Bouzid, en Tunisie. Son geste de désespoir embrasa le pays tout entier faisant souffler un vent de liberté. Moins d’un mois plus tard, le 14 janvier, le dictateur Ben Ali était en fuite après 23 ans d’un pouvoir autoritaire. Tunisie, Egypte, Libye, Syrie… Au cours du printemps 2011 et jusqu’à aujourd’hui, les Etats du monde arabe ont ressenti les répliques de ce séisme démocratique. Face à ces révolutions, quel rôle l’Union européenne doit-elle jouer ? Comment soutenir les peuples face aux dictateurs ? Pendant plusieurs mois, les eurodéputés EELV ont tenté de provoquer le débat au sein des institutions, face à une diplomatie européenne molle et des Etats-membres coupables d’avoir soutenu trop longtemps les despotes. Rétrospective.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*