Le Sahara occidental c’est avant tout un drame humanitaire

19 avril 2010
Nicole Kiil-Nielsen, députée européenne, membre de l’Intergroupe « Sahara occidental », revient d’une mission de parlementaires européens à Tindouf, au sud-ouest de l’Algérie. Elle y a visité les camps de réfugiés Sahraouis, qui regroupent plus de 150.000 exilés depuis 1976 dans cette partie particulièrement aride du désert. Ce qu’elle a vu c’est avant tout le désespoir de vies précaires et sans avenir, malgré le courage et la volonté des militant-e-s associatifs/ves et politiques.
Pour Nicole Kiil-Nielsen :

« La question du Sahara occidental c’est avant tout un drame humanitaire. La précarité d’un exil dramatique s’est pérennisée au fil des années, créant une société instable ne subsistant que grâce à l’aide internationale. La solution ne peut venir que d’une action politique forte au niveau international. Il faut que l’Europe s’engage fermement pour que soient respectées les résolutions de l’ONU et organisé un référendum d’autodétermination le plus rapidement possible. Les réfugiés Sahraouis doivent pouvoir rentrer chez eux. »

Nicole Kiil-Nielsen s’est notamment entretenue avec Mohamed Abdelaziz, secrétaire général du Front Polisario, qui tient à alerter l’opinion internationale sur la situation dramatique des prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines. 32 d’entre eux sont actuellement en grève de la faim illimitée depuis déjà plus de trois semaines. Ils avaient été arrêtés simplement pour leurs opinions, et sont détenus sans procès depuis plusieurs mois :

« J’avais déjà soutenu Aminatou Haidar en décembre dernier. Je m’associe au rassemblement de soutien au peuple sahraoui le 14 avril à Paris. Le mandat de la mission des Nations unies (MINURSO) doit être élargi à l’observation des Droits humains. C’est malheureusement actuellement la seule mission de maintien de la paix onusienne contemporaine sans mandat sur ce point. »

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.