Lutte contre la fraude fiscale : Jean-Claude Juncker s’auto-blanchit et fait des promesses

31 mai 2017
Auditionné par la Commission d’enquête sur les Panama Papers, Jean-Claude Juncker s’est livré à un numéro d’équilibriste peu convaincant. Il s’en est sorti en faisant de nombreuses promesses dont nous suivrons la mise en œuvre attentivement.
 
Déclaration d’Eva JOLY, Vice-Présidente de la Commission d’enquête PANA :

« Jean-Claude Juncker s’est présenté devant la Commission d’enquête PANA comme un homme sans passé, miraculeusement blanchi par son poste de Président de la Commission européenne. Quand on connaît les pratiques fiscales déloyales du Luxembourg lorsqu’il était Premier ministre, c’est d’autant plus indécent que ces pratiques perdurent comme le prouve le dernier rapport des Verts.

Toutefois, il s’est engagé à poursuivre les réformes sur trois points essentiels pour les écologistes : renforcer la coopération fiscale entre les États-membres, allouer plus de moyens à l’unité de la Commission en charge de la criminalité financière et faire une proposition de réforme fiscale en vertu de l’article 116 du traité de l’UE. Autrement dit, mettre sur un pied d’égalité le Conseil et le Parlement européen via la codécision.

Il a également affirmé qu’en cas d’une révision des traités, il appuierait la fin de l’unanimité en matière fiscale. S’il met en œuvre ses déclarations, ce serait une avancée majeure dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales. Au Parlement, nous continuerons de défendre les réformes indispensables bloquées par les groupes conservateurs malgré les nombreux scandales. »

Photo : © European Union 2014 – European Parliament

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension