Lutter contre les pesticides pour ?défendre les paysans??

27 février 2012
L’utilisation des pesticides est dans le collimateur de nombreuses? associations de protection de l’environnement, de syndicats agricoles et? de ?consommateurs. Ensemble, ils ont manifesté aujourd’hui au salon de l’agriculture à Paris. Pour José Bové, les pesticides tuent, les réduire c’est faire preuve de solidarité à l’égard des agriculteurs.
Malgré les promesses faites lors du Grenelle de l’environnement la France? occupe la première place au niveau européen pour l’utilisation des ?pesticides. La pollution des eaux atteint des niveaux inquiétants. Les? abeilles sont la cible collatérale de ces produits toxiques qui? participent? à la surmortalité qui frappe ces insectes. Celles-ci sont pourtant indispensables pour la ?pollinisation de nombreuses espèces végétales. Malgré l’insuffisance ?d’études cliniques fiables, de nombreux médecins n’hésitent pas à ?incriminer les pesticides utilisés en agriculture dans l’explosion des? cancers. ?

Selon José Bové, député européen EELV et Vice Président de la Commission? de l’Agriculture au Parlement européen, «Les pesticides tuent, ils sont d’ailleurs faits pour ça ! Il y a une ?dizaine de jours la justice a enfin reconnu cette évidence en condamnant? Monsanto à indemniser un paysan charentais de 47 ans, Paul François. Celui-ci est gravement handicapé, après avoir inhalé des vapeurs d’un puissant ?herbicide,? le Lasso, pourtant interdit depuis plus de 20 ans au Royaume-Uni.

La ?Mutualité Sociale Agricole ne peut plus ignorer des cas similaires qui? sont ?maintenant considérés comme des accidents du travail. Exiger une réduction ?drastique de l’utilisation des pesticides, ce n’est pas manifester contre? l’intérêt des agriculteurs mais au contraire faire preuve de solidarité à ?leur égard.?? En manifestant aujourd’hui au salon de l’Agriculture de Paris, les apiculteurs ne? défendent pas uniquement leur gagne pain. Ils luttent également pour de? nombreux paysans, en particulier les producteurs de fruits et de légumes,? dont la survie économique dépend de la pollinisation effectuée par les? abeilles. Sans elles, adieu poires, pommes, et cerises…

??Comme dans bien d’autres domaines, les engagements pris par M. Sarkozy? lors du Grenelle de l’environnement sont restés lettre morte. Ses attaques? récentes contre les contraintes environnementales qui plombent la ?compétitivité de la ferme France sont cyniques et scandaleuses. La Suède a? réussi à diviser par deux sa consommation de pesticides sans ruiner son? agriculture. Nous devons suivre cet exemple. »?

Photo : © © Atlantide Phototravel/Corbis

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*