Nicole Kiil-Nielsen : « Les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres doivent être pleinement respectés au sein de l’Union »

29 septembre 2011
Le Parlement européen souhaite agir pour mettre fin aux discriminations et aux violences quotidiennes à l’encontre des lesbiennes, gays, bisexuels et trans-genres dans l’Union européenne et dans les pays tiers. Réaction de Nicole Kiil-Nielsen, eurodéputée Europe Ecologie – Les Verts, suite à l’adoption d’une résolution sur ce thème à Strasbourg.
Le Parlement européen rejoint officiellement les signataires de l’appel des Nations Unies pour protéger les droits des personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) dans le monde. Le texte adopté par une très large majorité d’eurodéputés, ce mercredi 28 septembre 2011, décline au niveau européen la résolution « Les droits humains, l’orientation sexuelle et l’identité de genre » conclue au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies en juin dernier.

Face aux « violations des droits humains et aux discriminations largement répandues sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre dans l’Union européenne », les eurodéputés encouragent Catherine Ashton, la haute-représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, à créer une feuille de route contre l’homophobie et la transphobie à l’échelle européenne.

Les députés demandent notamment que les troubles de l’identité sexuelle soient rayés de la liste des troubles mentaux et du comportement de l’Organisation mondiale de la santé. Ils condamnent sévèrement le fait que l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité soient toujours considérées comme des maladies mentales qui requièrent un traitement psychiatrique dans certains pays, notamment dans certains Etats-membres, et souhaitent vivement remédier à cette situation.

Pour Nicole Kiil-Nielsen, eurodéputée du groupe Verts/ALE, « le Parlement a adopté une position forte et cohérente, et a bien souligné les violations des droits humains sur la base de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre qui ont lieu au sein même de l’UE. Notre demande n’est d’ailleurs pas isolée sur la scène internationale : l’organisation des Etats américains a adopté une résolution similaire en juin. C’est un appel mondial pour la tolérance et l’égalité. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*